La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Interview Eric Hubsch - Topaze

Interview Eric Hubsch - Topaze

Acheter sur BD Fugue
Bonjour Eric,
Tout d’abord, merci pour le temps que tu nous accordes et merci également pour cette magnifique adaptation BD de l’œuvre de Marcel Pagnol : «TOPAZE»
Grand Angle s’est lancé dans une grande aventure, avec l’adaptation des œuvres de Marcel Pagnol en BD. «Topaze» est le troisième album à sortir dans cette collection.


Photo : Catherine Borilu
 
Tu fais parti de cette aventure, par quelle porte es-tu rentré pour participer à ce projet ? Tu as eu vent du concept ou bien c’est l’éditeur qui est venu te chercher ?
J'ai reçu un coup de téléphone d'Hervé Richez , le directeur de la collection Grand Angle, au début de l'été 2014, pour me proposer de faire des essais sur Topaze,  dans un premier temps, j'ai décliné la propositon; le délai qu'il m'indiquait pour réaliser l'album était très court, n'ayant jamais été très rapide jusqu'alors, je ne voulais pas m'engager et « planter » la date de sortie prévue qui devait s'inscrire dans une dynamique éditoriale stratégique.
 
À l'époque, je n'avais plus de taf, aucun projet à signer dans les cartons et surtout à peu près un mois et demi d'argent sur le compte en banque pour tenir avant la banqueroute !!
C'est un peu comme si je venais de tomber d'un bateau, qu'on me jette une bouée avec une corde et que je ne l'attrape pas parce qu'elle était trop étroite pour me la passer autour de la taille..
J'ai laissé passer un week-end où j'ai beaucoup transpirer, et le lundi matin, j'ai rappeler Hervé en lui disant que oui, je voulais le faire !!
 
Une adaptation BD et qui plus est de l’œuvre de Pagnol n’est pas une mince affaire. As-tu ressenti une certaine pression d’obligation de réussite par rapport à l’enjeu ?
Oui et non, j'ai du faire trois planches d’essai qui devaient être validées par Bamboo et surtout par les ayant-droits de Marcel Pagnol, notamment Nicolas Pagnol qui gère l'oeuvre et les adaptations.
La pression s'est surtout exercée à ce moment là, pour les raisons que j'ai cité précédemment, il fallait que je décroche ce travail, par la suite, quand j'ai commencé à dessiner l'album, j'ai pris beaucoup de plaisir à mettre en image cette histoire drôle et grinçante.


D’autres albums sont à venir avec d’autres dessinateurs pour un projet commun. Existe-t-il une organisation de travail entre vous pour un objectif commun ou bien chacun travaille son propre album ? En d’autres termes, est-ce qu’il y a un esprit de compétition entre vous ou bien au contraire une cohésion ?
Je dirais plutôt une cohésion, chacun a intérêt à ce que la collection se développe et trouve son public.
Et puis, pour chaque projet les scénaristes et l'éditeur choisissent un dessinateur adapté à l'histoire à raconter, du coup, on a des styles très différents sur chaque album, c'est ce qui fait la richesse de la collection et qui permet de servir au mieux les textes de Pagnol.

Je suppose que dans ce type de projet, on ne peut pas s’approprier entièrement l’œuvre. As-tu  eu un cahier des charges à respecter, des éléments à intégrer dans l’album dont tu te serais passé ?
Je n'ai pas d'égo artistique, je me met toujours au service de l'histoire, comme c'est une adaptation pour la bande dessinée, tout en restant très fidèle à l'esprit, c'est une interprétation spécifique au média.
Ce que je préfère dans la Bd c'est la narration, la mise en image, raconter une histoire en image et , à ce titre, je dois saluer le travail d'Eric Stoffel et de Serge Scotto les deux scénaristes qui ont fait un travail remarquable de rythme et d'inventivité avec «Topaze».
Si vous ajoutez à ça le fait que Marcel Pagnol est un grand dramaturge et construit des personnages haut en couleurs,  alors que dire , sinon que j'ai trouvé mon bonheur tout au long de l'album.


Au niveau des personnages, on s’aperçoit rapidement que ton «Topaze» n’a physiquement rien à voir avec le Fernandel de la version cinéma. Est-ce choix de volontairement s’éloigner de ce cliché ?
Oui, dans la pièce de théâtre qui est à l'origine du film, Topaze est un jeune homme, naïf et pleins d'idéaux, c'est sur que Fernandel avec la quarantaine bien tassée qu'il avait durant le film, jouait sur un registre un peu différent.

Le directeur Muche est tout simplement génial par ses mimiques, ses dialogues, un mélange de Louis de Funès et Galabru. Est-ce que cela t’a pris beaucoup de temps pour rechercher et trouver les bons physiques à adapter à chaque personnage ?
En fait , les scénaristes avaient une idée bien précise pour chaque personnages, donc assez rapidement on est tombés d'accord sur l'aspect des protagonistes.

Tu as su donner de la vie et du sens à tous ces physiques. J’ai le sentiment que tu as pris du plaisir à faire cette BD. Est-ce que je me trompe ?
Je l'ai dit, j'ai pris beaucoup de plaisir à animer tout ce petit monde de Pagnol. Les mimiques et le langage corporel permettent de caractériser les personnages en général, mais en adaptant une pièce de théâtre, c'était vraiment incontournable.



Côté documentation, je suppose que tu as revisionné les films, est-ce que tu as eu d’autres sources d’informations, peut-être au niveau de la famille Pagnol ?
Je n'ai pas re visionné le film,  je voulais  avoir un œil neuf, et surtout, prendre le scénario au premier degré, c'est à dire une histoire faite pour la Bd.
Le seul souvenir que j'avais de «Topaze», c'est son étude en seconde, en cours de français , je me souvenait de l'histoire d'un instituteur, mais j'avais complètement oublié le versant « politique » de l'histoire que l'on découvrira dans la deuxième partie.
 
Il y a énormément d’humour dans cet album, on se marre du début à la fin. Le découpage est très théâtrale, plus que cinématographique. Est-ce que tu as participé à toute cette phase créative ou bien tu as eu entre les mains uniquement les directives pour la partie graphique?
Le scénario était très précis, il le faut pour rendre intéressante une histoire où il y a peu d'action et beaucoup de dialogue, notamment au niveau des plans qui s'enchainent, essayer de créer un mouvement là où des personnages sont assis autour d'une table en train de disserter par exemple, pour éviter que le lecteur décroche, si la partie graphique est trop statique et monotone.
Ça n'empêche pas d'avoir une marge de manœuvre pour le dessinateur, et de modifier ou d'adapter certains plans, certaines images, du moment que la dynamique reste intacte.
 
Maintenant, il faut être patient et attendre le deuxième volet. Pour quelle date est-il prévu ? Est-ce que tu aurais une petite anecdote sur ce premier volet ou une info à nous donner en attendant ?
Normalement la deuxième partie est prévue pour novembre 2016, mais peut être repoussée à Janvier 2017 pour des raisons liées à l'ordre de parution de la collection Pagnol.
Sans spoiler comme on dit, je peux dire que «Topaze» va évoluer et surprendre tous les lecteurs qui ne connaissent pas le texte d'origine.



Eric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 1052

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Topaze Tome 02
Voir la fiche produit
Topaze Tome 02
Voir la fiche produit
Topaze Tome 02
Voir la fiche produit
Topaze par Eric Hübsch avec BD
Voir la fiche produit
le chant d'excalibur tome 2
Acheter sur BD Fugue
le chant d'Excalibur - intégrale tome 2 - tome 4 à tome ...
Acheter sur BD Fugue
le chant d'excalibur tome 2 - le sidhe aux mille charmes
Acheter sur BD Fugue
Jimm
Marty Maffre
Retourner en haut de page