0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Conan le Cimmérien T06

Conan le Cimmérien T06

Acheter sur BD Fugue
Conan le Cimmérien T06
 

Chimères de Fer dans la Clarté Lunaire
 
                                            
Scénario, dessin & couleur :  Virginie Augustin
Editions : Glénat
 
 
Nouvel album, nouvelle auteure. C’est cette fois Virginie Augustin qui se charge d’adapter avec brio une nouvelle d’Howard que l’on peut juger classique de prime abord mais qui fait preuve de plus d’audace qu’il n’y parait.
 

 
Les Kozaki de Conan ont été défait par l’armée hyrcanienne. Seul survivant, le Cimmérien va se réfugier dans les marais où il sauve Olivia, une jeune esclave en fuite. Ensemble, ils prennent une barque pour traverser la mer intérieure de Vilayet. Ils font halte sur une vaste île recouverte par la jungle. Les choses se compliquent vite quand ils sont attaqués par une mystérieuse créature à la force surhumaine. Ils vont se mettre à l’abri dans les ruines d’un temple et y découvrent de sinistres statues de fer qui ne présagent rien de bon. Pour couronner le tout, un navire de pirates accoste pour se ravitailler. Conan y voit l’opportunité de quitter l’île mais même la force légendaire du barbare ne saurait suffire à triompher de tous ces dangers.
 
 

A chaque album de cette série, je souligne l’excellente idée qu’elle a instauré de changer d’auteurs et donc de style à chaque tome, pour nous offrir non pas une vision de Conan, mais de multiples versions où chacun trouvera son compte. Ce que je n’ai pas encore assez encensé, ce sont les 3 pages de remises en contexte historique et littéraire qui se trouvent en fin d’album. Elles éclairent toujours le récit d’un jour nouveau et permettent de mieux apprécier le génie d’Howard.
On y apprend que sous ses dehors de nouvelle très classique (la princesse en détresse, le temple maléfique, la créature d’un autre âge…), Howard a cherché a insufflé à son récit un sous-texte sur la condition féminine dans une société patriarcale et, geste de révolte symbolique mais important, Olivia n’est pas traitée comme la princesse passive qui attend que le héros vienne la sauver, mais elle prend une part importante à l’action, ce qui est assez inhabituel pour l’époque (et n’allant pas encore complètement de soi de  nos jours).
 


Virgine Augustin réussit son travail d’adaptation en nous livrant en 59 pages un récit dense et bien rythmé. Les personnages, comme le chef de pirates, ont un côté cartoonesque et « bigger than life » qui impressionne. Conan, quant à lui, a une apparence des plus classiques, tout en muscles et en slip de fourrures. Son visage peut paraître primitif sur certaines cases, mais c’est un choix qui n’est pas incohérent quand on parle de la quintessence du barbare. Olivia est très réussie, à la fois fragile et déterminée, et pour ce qui est des personnages non-humains (on n’en dira pas plus), ils vous laisseront un souvenir marquant.
 
 


Christophe
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 3208

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Ganesha 5 steampunk
Voir la fiche produit
Désicace couleur signée des deux auteurs ...
Voir la fiche produit
Illustration Nogard
Voir la fiche produit
Recherche Perso Balle Tragique
Voir la fiche produit
Btooom tome 16
Acheter sur BD Fugue
dead hunter tome 1 - même pas mort
Acheter sur BD Fugue
bleach tome 52 - end of bond
Acheter sur BD Fugue
grain de liberté
espace pub Appréhendez la bande desinnée autrement
Retourner en haut de page