0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Indochine Tome 2 Que le diable t'emporte

Indochine Tome 2 Que le diable t'emporte

Acheter sur BD Fugue
Indochine
Tome 2 - Que le diable t’emporte.
 
Scénario : Jean Pierre Pécau
Dessin : Maza
Couleurs : Jean Paul Fernandez
Éditions : Delcourt

 
Alors que le sergent Baverel patrouille dans le ciel du nord Tonkin, il est pris en chasse par des avions chinois. Accrochage bénin pour l’Armée de l’air mais changement radical pour la guerre qui oppose la France aux nationalistes vietnamiens...
Un album où Histoire, aviation et espionnage se mélangent d’une manière particulièrement explosive.
 

En cette année 1950, les cieux des hauts plateaux du Tonkin sont toujours le royaume des vautours, les pilotes de l'armée de l'air. Au cours d'une patrouille de routine sur la route coloniale 4, deux d'entre eux vont cependant rencontrer de terribles prédateurs ! Il s'agit de trois P-51 Mustang chinois. Malgré leur supériorité numérique, les chinois ne font pas le poids mais cela change totalement la donne au sol. Il ne fait désormais plus aucun doute que Mao a décidé d'aider le Viêt-Cong et donc de chasser des français d'Indochine. Changement pour état-major mais pas pour le sergent Armand Baverel. Ou plutôt si, la seule transformation qui lui importe est celle de sa monture. Finis les vieux Thunderborlts, place au Kingcobras. Si l'avion semble taillé pour le combat au sol, les nationalistes vietnamiens ont aussi eu le temps de s'adapter et de se familiariser avec la DCA offerte par les Chinois ! Il faut toute la fougue de Baverel, fantastiquement secondé par l'adjudant de Légion étrangère Willsdorff, pour récupérer un pilote abattu au-dessus de la jungle. Il n’en faut pas plus pour attirer l'attention de Simoni. La barbouze lui demande d’escorter un convoi. L'accrochage est bien évidemment inévitable mais, une fois encore, les français s'en sortent sans bobo. Mais l’aviateur est furieux. Il décolère cependant rapidement quand il apprend qu'il ne s'agissait pas d’un vulgaire trafic mais d'une opération d'exfiltration de Thaïs, fidèles à la France. Et face à la débâcle qui s'annonce, ce n'est que la première opération de ce genre…

Inspiré par la vie d'une véritable tête brûlée de la guerre d'Indochine, cette série mélange avec brio Histoire, espionnage et aviation. C'est ainsi que l'on retrouve le sergent Armand Baverel patrouillant dans le Nord Tonkin, le long de la route coloniale 4. C'est l'occasion pour les auteurs de commencer sur les chapeaux de roues par un spectaculaire combat aérien entre les Français et les avions de Mao. C'est le moment que choisit Jean-Pierre Pécau pour insuffler une dose de géopolitique. Celle-ci ne nous quittera plus durant tout l'album, le plus souvent sous la forme de simples conversations entre soldats. Il faut dire que le scénariste s'est énormément documenté sur la bataille du pacifique et la guerre d'Indochine. Il réussit cependant éviter l’écueil de la leçon magistrale grâce justement à son héros. S'il semble s'être un peu assagi, il n'en reste pas moins l'élément moteur de cette intrigue. Ce sont ses coups d'éclat et ses coups de gueule qui rythment l'histoire autant que ses combats aériens. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il ne manque pas de souffle! C'est tellement vrai que le lecteur se retrouve à la dernière page sans s’être vraiment rendu compte de l'avancée de sa lecture et sans avoir très bien compris l'utilité de cet album. Bien sûr, il annonce la future défaite de Dien Bien Phu et les accords de Genève mais on aurait été en mesure d'en espérer un peu plus. Qu'on se rassure, le trait réaliste de Maza compense largement cette petite frustration. Une nouvelle fois, le dessinateur bosniaque prouve qu'il aime les engins volants. Tous les engins volants ! Les Kingcobras sont aussi somptueux que les vieux Thunderborlts ou encore les hélicoptères lourds de transport de troupe. Il démontre aussi une parfaite maîtrise des décors qu'il s'agisse de la forêt dense ou des petites ruelles du Hanoï coloniale. Le dépaysement est total et, en cette période, il fait un bien fou ! Le dessinateur corrige la faille que nous avions évoqué dans le premier opus : aucun problème cette fois pour reconnaitre les personnages. Bien sûr, rien ne ressemble plus un pilote qu'un autre pilote mais les personnages principaux ne posent aucun problème de reconnaissance.

C'est donc un bon album de transition que ce deuxième épisode d'Indochine. Un album qui jette les bases d'une conclusion qui s'annonce spectaculaire et qu'on a hâte de découvrir.


Cédric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 3910

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

album La Lance Opale de Feu ...
Voir la fiche produit
Dédicace NB Malvoulant
Voir la fiche produit
Noirs Lents Demains
Voir la fiche produit
Lignes de Front tome 2 - Le Vol de l'aigle
Acheter sur BD Fugue
sillage tome 6 - artifices carrefour
Acheter sur BD Fugue
Clone tome 4 - Quatrième Génération
Acheter sur BD Fugue
cassier
cassier Bailly
Retourner en haut de page