0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Le spirou de Flix

Le spirou de Flix

Acheter sur BD Fugue
LE SPIROU DE FLIX

Scénario et Dessin : Flix
Couleurs : Marvin Clifford
Editions : Dupuis


 
30 ans après la chute du mur de Berlin, l’auteur allemand Flix fait voyager dans le temps Spirou et Fantasio pour dénoncer le régime Est-allemand. Un album pédagogiquement intéressant mais qui ne plaira pas forcément aux fans du duo.
 

 
Berlin-Est en 1988 est un pays au bord de la faillite, il faut trouver une solution pour redresser la barre. De son côté, Fantasio est en panne de scoop surtout que Spirou vient de faire la une du Moustique ce qui a le don de mettre Fantasio en rogne. Le duo décide de partir retrouver le Comte à Champignac pour trouver l’inspiration.
 

Une fois sur place, ils apprennent que le Comte est invité à participer au premier congrès international de mycologie à Berlin mais côté Est. Pacôme se refuse à participer à cet évènement qui a lieu dans un pays vivant sous la dictature. Fantasio est déçu car il pensait pouvoir accompagner son ami et obtenir le scoop de l’année. Pour oublier cet échec, Fantasio et Spirou se retrouvent au restaurant mais c’est sans compter sur le côté têtu de Fantasio qui, en plein repas, quitte la table pour tenter de convaincre une nouvelle fois le Comte. De retour à Champignac, ils s’aperçoivent que le Comte a disparu. Un indice va leur faire comprendre qu’il a été enlevé par des militaires de l’armée de l’Est. Une seule solution, partir au secours du Comte.
 

 
Cet album Spirou vu par entraîne les protagonistes en Allemagne de l’Est et la sortie de l’album correspond au trentième anniversaire de la chute du mur de Berlin. Quoi de plus emblématique que de confier cette tâche à un auteur allemand en la personne de Flix. Surtout connu comme auteur de presse allemande, cet auteur est bien placé pour traiter le sujet et développer les conditions de vie de Berlin-Est durant la guerre froide. Un monde où tout semble idyllique et propre mais la vérité se cache derrière ces apparences.
 


Au-delà de l’aspect historique, on a malgré tout du mal à retrouver l’esprit Spirou et Fantasio, les inconditionnels auront du mal à se projeter. L’histoire est caricaturale, les scènes d’action surréalistes et l’histoire sans grand intérêt. Le dessin est quant à lui sympathique, volontairement brouillon, c’est un album qui est à classer dans la catégorie burlesque. On retiendra surtout son côté culturel et pédagogique sur la dénonciation du régime Est-allemand.
 
 

Eric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 3424

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

annonce boutique
espace pub Appréhendez la bande desinnée autrement
Retourner en haut de page