0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Les miroirs du crime, T2 : Carnage Blues.

Les miroirs du crime, T2 : Carnage Blues.

Chronique : Les miroirs du crime, T2 : Carnage Blues.
Scénario : Noël Simsolo.
Dessin et couleurs : Dominique Hé.
Editions : Glénat.

 

 
        Saigon, 1955. Un para se rend à un rendez-vous avec un mafieux…mais cette rencontre dégénère… Pendant ce temps à Paris, Guy Natale, le patron de club de Pigalle, gère ses affaires et prends soin de Serge qui lui a sauvé la vie… Un épilogue intéressant à cette histoire qui nous replonge dans le Pigalle des années 50...

         Mais rapidement, Guy a la police sur le dos. En effet, alors qu’il est l’un des seuls propriétaires de club honnête de Pigalle, la police décide de l’arrêter et de fermer  ses établissements afin qu’il serve d’appât pour pouvoir arrêter Saint-Napi, le plus dangereux criminel du quartier.
 

        Finalement, Guy sort rapidement de prison et peut rouvrir ses deux établissements avec l’aide de Pierre, son fidèle ami, et de Serge, qui lui porte chance depuis plus d’un an après l’avoir sauvé lors d’une tentative d’assassinat. Mais cette soirée de réouverture est un énorme fiasco… Mais Serge va alors profiter des malheurs de son ami en s’alliant à Saint-Napi (grâce à leur amour de Shakespeare ?). Mais Serge est un homme instable et imprévisible… Saint-Napi n’est donc pas à l’abri de mauvaises surprises…

        On retrouve avec plaisir Noël Simsolo et Dominique Hé pour ce tome 2 s’inspirant toujours des films de Melville. Ils nous plongent à nouveau dans la face obscure des années 50 d’un des plus célèbres quartiers de la capitale : Pigalle !

         Le scénario de Noël Simsolo se révèle surprenant. En effet, les choix de Serge ou bien encore de Guy Natale posent parfois question… De plus, certaines scènes mériteraient parfois d’être développées afin de mieux comprendre les différentes relations qui se nouent entre ces différents personnages durant cette époque trouble pour notre pays (il y a de petites références à la guerre d’Indochine et d’Algérie).


        Ce polar noir colle une nouvelle fois parfaitement au dessin de Dominique Hé qui donne une « gueule » à tous ses personnages qu’on imagine totalement vivre dans le Pigalle des années 50… L’ambiance de ce tome, porté par son dessin, nous permet vraiment de nous représenter l’ambiance dans ce quartier à cette époque…

Bref, ce diptyque est plaisant et je vous invite à le découvrir !
 
 


François
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 3532

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Mise en couleur de Fanch Karadec
Voir la fiche produit
Les mystères de la 5e République ...
Voir la fiche produit
dragon ball (volume double) tome 18
Acheter sur BD Fugue
Altair tome 7
Acheter sur BD Fugue
tanco
ortiz Galland
Retourner en haut de page