0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Mamada Tome 1 Epoustouflante migrante

Mamada Tome 1 Epoustouflante migrante

Mamada
Tome1 Époustouflante migrante
 
Scénario et dessin: David Ratte
Couleurs: David Ratte et Myriam Lavialle
Éditions: Paquet

 
Mamada est la chef tyrannique d'un petit village namibien. Lorsqu'elle part à la chasse (alors que sa tribu pratique l'élevage!), elle est loin de s'imaginer que le crash d'une capsule spatiale chinoise va transformer son existence...
Entre deux tomes du Voyageur des pères, David Ratte nous propose les mésaventures d'une Mamada absolument désopilantes.
 

Mamada est moche. Mamada est irascible. Dans son village namibien, Mamada est la chef car personne n'a osé se présenter contre elle. Dès sa naissance, Mamada regardait les gens autour d'elle comme si elle avait déjà quelque chose à leur reprocher. De toute façon, Mamada n'aime personne. Elle n'aime pas les jeunes filles du village qui se moquent d'elle. Elle n'aime pas son ivrogne et fainéant de mari. Mais ce qu'elle hait par-dessus tout ce sont les myriades de touristes prétentieux qui confondent son village avec un parc d'attraction. Un jour, elle est en colère car elle n'est pas la meilleure à la chasse, même si elle appartient à un peuple d'éleveurs! Le sorcier du village, pour se débarrasser d'elle, lui offre un grigri (à base d'une canette de coca!) Confiante pour une fois, et presque souriante, Mamada part à la chasse. C'est au moment où elle décoche sa flèche qu'une capsule "made in China" vient s'écraser sur sa proie. À l'intérieur, un  mystérieux gaz rose s'échappe et est absorbé par la chef et un petit oiseau qui passait par là. Pour Mamada, c'est le début des ennuis...

Entre deux album du Voyage des pères, David Ratte a écrit ce Mamada réédité ces jours-ci. Mamada; c'est un personnage: une chef de village irascible qui n'aime rien ni personne. Une sorte de Tatie Danielle namibienne. Si le personnage est l'archétype de l'héroïne qu'on adore détester, elle est entourée d'une myriade de personnages secondaires tous plus truculents les uns que les autres. Il y a le mari alcoolique et fainéant, la fille convertie à la vie 2.0. Il y a aussi le sorcier, grand pourvoyeur de grigris inoffensifs devant l'éternel. Tous vouent un profond amo... un respect pour leur chef. Surtout, David Ratte réussit, grâce à son dessin caricatural, à donner une vie et une âme à chacun de ces personnages. Il a réussit également à parler d'ethnocentrisme sur un ton humoristique. Mamada n'a pas totalement tort de détester les Blancs tant leur arrogance et leur supériorité n'est qu'apparence. Néanmoins, à travers sa mésaventure, Mamada va rencontrer des Blancs différents: sensibles et attachants. Mais toujours et pour tous, elle aura un petit mot bien senti. Les dialogues sont en effet corrosifs et terriblement drôles. Et puis, il y a le piaf également contaminé. Si on ignore son sort, ses mésaventures sont tout aussi désopilantes.

Non, il n'y a pas à dire Mamada est une belle réussite. Le seul point négatif porterait sur la couverture de cette réédition, moins expressive que l'originale. Mais après tout, ce n'est pas elle que nous lisons et à l'intérieur c'est absolument "époustouflant".
 

Cédric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 2906

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

album Ariane Dabo 2 dédicacé
Voir la fiche produit
Test Couverture Jeu d'Ombre Tome 1
Voir la fiche produit
Le château des Carpathes
Voir la fiche produit
Brezza Les deux lunes de Roseloch
Voir la fiche produit
la perspective nevski
Acheter sur BD Fugue
1913-2013 : 100 ans de passion motocycliste
Acheter sur BD Fugue
louis
Tolden louis
Retourner en haut de page