0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Maxence – Livre 3 – Le Cygne Noir

Maxence – Livre 3 – Le Cygne Noir

Scénario : Romain Sardou
Dessins : Carlos Raphael Duarte  
Couleurs : Facio
 
L’album « Le Cygne Noir » nous amène dans l’Antiquité tardive au sein des provinces de l’Empire de Justinien Ier et de son épouse : la puissante Théodora. Maxence et Offelus, deux enquêteurs, sont chargés de vérifier l’application des nouvelles lois impériales. Intrigues et luttes de pouvoir seront au programme.

 
Lire un film d’espionnage, voici le sentiment qui anime le lecteur au fil des pages. Après avoir quitté un épisode de l’enfance du héros Maxence et de son acolyte Offelus, en 510 à Constantinople, une double-page annonce le titre et le contexte de l’histoire afin de ne pas en perdre le fil. Car le choix d’une telle époque pourrait effrayer le lecteur peu féru d’histoire. Mais les choses sont simples : le pouvoir de l’Empire romain d’Occident a périclité au profit de celui d’Orient. En Italie les Wisigoths ont bien envie de tenir tête à Constantinople.  Dans les provinces, des notables veulent garder leur pouvoir local.

Amoureux transit de l’impératrice, Maxence laissera son idylle inachevée dans un coin de sa tête pour accomplir sa tâche en compagnie d’Offelus. Il traquera les hors-la-loi, les fauteurs de trouble, qui manipulent le peuple pour déstabiliser l’empereur. De Ravennes, en passant des provinces on parlera du Cygne Noir, une secte Wisigoth.

Les ficelles de l’intrigue sont bien tenues, de la première à la dernière page. Si la chevauchée des deux héros à travers l’Empire de Justinien Ier peut paraitre un peu bateau, elle permet de leur amener l’aventure à leur arrivée à Byllis, dans la province d’Epire. L’Empire est très organisé en réseaux d’informateurs mais immense, celui-ci est la proie des luttes de pouvoirs de vassal et de gouvernants locaux qui manipulent, déforment le Code de Justinien, œuvre unificatrice de l’Empire.  L’album s’accélère d’un seul coup, dès que les héros ont assemblé toutes les pièces du puzzle.

D’un point de vue graphique l’album se tient remarquablement bien. Les couleurs chaudes, des ciels pourpres aux bleus des mers donnent encore plus de pesanteur à la menace venue de Ravennes. Les différentes ellipses, très accentuées en fin de page, sont autant de clin d’œil au genre cinématographique. Les bulles narratives permettent de ne pas perdre le fil de la fresque historique dans laquelle s’inscrit l’album.

Le cycle des trois tomes se termine avec une vraie fin, qui ne déçoit pas le lecteur. Celui-ci aura pu sans problèmes prendre l’histoire en cours de route.
 

 
 


Philippe
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 4062

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Crayonné original signé Hermann Duke ...
Voir la fiche produit
Maxence tome 1 - La sédition Nika (édition 2016)
Acheter sur BD Fugue
Maxence tome 2 - L'augusta
Acheter sur BD Fugue
Maxence Tome 1 - La Sédition Nika
Acheter sur BD Fugue
Nottingham
Mazel porcel
Retourner en haut de page