0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Mon père était boxeur

Mon père était boxeur

Acheter sur BD Fugue Scénario et Dialogues : Kris et Barbara Pellerin
Dessin et Couleurs : Vincent Bailly
Editions : Futuropolis

 
La boxe a permis à Hubert de s’échapper de son quotidien mais aussi de s’éloigner de sa fille. Il est temps pour eux de se rapprocher à travers la caméra de Barbara et de se livrer dans un dernier combat. Comme à leur habitude, Kris et Vincent Bailly nous livrent un album poignant chargé d’émotion.
 
Hubert Pellerin le sait, lui, l’ancien Champion de France espoir mais également le vaincu de trois finales du championnat de France poids lourd, sur le ring, en plus de la technique, le combat se joue également dans les regards, ne pas montrer sa peur, ne pas douter pour gagner. Supporter le regard des autres et particulièrement celui de sa fille. Tantôt martyr, tantôt héros. Et là s’ouvre un nouveau combat, celui de la vie, celui de l’amour.



Son nouveau sparring-partner? Sa fille Barbara. Equipée de sa camera et de ses souvenirs, Barbara va lui apprendre à se livrer, lui apprendre à encaisser les coups, le repoussant sans cesse dans les cordes comme pour lui faire cracher ses tripes. Tels des uppercuts, les mauvais souvenirs vont remonter à la surface. Le divorce de ses parents, la violence de son père au sein du foyer familiale, ses excès de colère. Mais entre deux rounds, l’éponge magique permet également de se souvenir des bons moments, les jeux sur la plage, ce petit banc en pierre au milieu du jardin, les relations fusionnelles d’un père et d’une fille.
Et si finalement ce reportage sur la boxe n’était qu’un prétexte? Cette boxe qui les a si souvent séparés est maintenant le sujet qui les unis de nouveau.



Barbara et Hubert ne seront pas les seuls à se livrer dans ce combat. Kris le co-scénariste de cette BD est également de la partie, tel un coach personnalisé, il a su donner une âme à cet album en adaptant parfaitement ce récit à une lecture BD par un découpage et des dialogues finement choisis. Mais bon, Kris n’est-il pas le spécialiste des histoires poignantes qui a le talent pour mettre à l’honneur ces héros du quotidien.

De son côté, Vincent Bailly par son style et sa couleur directe immédiatement identifiable, rend se récit encore plus poignant d’autant que la tâche n’a pas du être simple car il s’agit d’une adaptation où il n’était pas question de se livrer à de grandes libertés au risque de perdre l’intensité des sentiments livrés par Barbara et Hubert.



Cette réussite et ce travail d’équipe a encore plus de saveur après la visualisation du film (celui-ci étant livré avec l’album, ce qui est assez rare pour le signaler) où on a le sentiment que les images du film sont venues se coller naturellement dans l’album et inversement que les images prennent vie et se mettent en mouvement via le grand écran.

Ne jetons pas l’éponge et n’attendons pas que nos êtres chers viennent à disparaitre pour leur dire qu’on les aime.


Eric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 2780

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Le rapport Brazza - Congo 1905
Voir la fiche produit
Mon père était boxeur
Voir la fiche produit
Le suaire T02 dédicace en Couleur
Voir la fiche produit
Dédicace sur l'intégrale un sac de ...
Voir la fiche produit
la mémoire dans les poches tome 2
Acheter sur BD Fugue
Le Tirailleur
Acheter sur BD Fugue
annonce boutique
espace pub Appréhendez la bande desinnée autrement
Retourner en haut de page