0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Nom de code: Martin

Nom de code: Martin

Acheter sur BD Fugue
Scénario : Fred Duval
Dessins : Stéphane Créty
Couleurs : Jérôme Maffre
 
Dans les ruelles de Constantine, un convoi est violemment attaqué à l’arme lourde. Les passagers de la limousine ne doivent leur survie qu’à leurs réflexes. Ces mêmes réflexes qui sont l’apanage des supers espions. Ils trouvent refuge dans une médina qui est chargée d’histoires.
 
Constantine est une jolie ville algérienne. Aves ses ruelles tournantes et son téléphérique, elle a tout de la ville
touristique. Mais Martin n’est pas là pour faire du tourisme.


Officiellement, c’est un simple conseiller pour le Centre Culturel Français. Accompagné d’Ahmed, simple fonctionnaire également, il regagne l’aéroport. En chemin, le convoi subit une violente attaque : les motards ouvrant la route sont massacrés par un camion, le fourgon de queue est allumé au lance-roquette et la berline est trouée comme une passoire à l’arme automatique.


Dans un reflexe, Martin prend le volant de la voiture et la lance contre le parapet pour atterrir dans la rue en contrebas. S’engage alors, dans les petites rues pittoresques, une course poursuite entre nos héros et des mercenaires sans foi ni loi.
 
Sous couvert de mission culturelle, on découvre l’un des 10 membres de la cellule alpha de la DGSE ; une des meilleures barbouzes de la République. Loin de l’image de Lino Ventura dans le film de Georges Lautner, Martin est plutôt du genre Daniel Craig dans James Bond !
Cette ouverture de diptyque plante le décor tout en étant menée tambour battant : les fusillades succèdent à des dialogues, très tendus, qui permettent de dresser un portrait assez précis des personnages.
Fred Duval se sert de cette histoire d’espionnage pour mettre également en avant le rôle de la Francalgérie. De la conquête française aux années noires, en passant par le FLN, les relations entre les deux riverains de la Méditerranée n’ont jamais été simples. Les deux pays ne « sont ni amis, ni ennemis […] juste une famille secouée par les disputes, les réconciliations et les trahisons ».



Coté dessins, un satisfecit à Stéphane Créty. Le carolomacérien nous régale. Toute la palette des angles de vue y passe : gros plans, plongée et contre plongée… C’est simple, on se croirait au cinéma ! Des bas fonds de Constantine aux ors de l’Elysée, les décors sont parfaitement maitrisés. Les personnages ne sont pas en reste. Les méchants sont patibulaires et Martin est un somptueux mélange des James Bond : à la fois flegmatique comme Pierce Brosnan, maniant le revolver comme Daniel Craig et aussi beau gosse de Sean Connery. (Ne lui manque que l’humour de Roger Moore)
 
Une histoire d’espionnage dynamique, donc, menée à 100 à l’heure avec un excellent dessin. Il ne reste qu’une chose à ajouter : « Martin reviendra dans… le tome 2». Et on a hâte.


Cédric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 2738

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Krys Farell - Opération Wild Boars
Voir la fiche produit
Le Village aérien - édition Noir ...
Voir la fiche produit
Krys Farell - L'affaire Nara Wong
Voir la fiche produit
Le monde Mystérieux
Voir la fiche produit
star wars - le côté obscur tome 10 - la ballade de ...
Acheter sur BD Fugue
beck tome 25
Acheter sur BD Fugue
ring circus tome 2 - les innocents
Acheter sur BD Fugue
louis
louis louis
Retourner en haut de page