0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article POUR LA PEAU

POUR LA PEAU

POUR LA PEAU

Scénario - Dessins - Couleurs : Sandrine SAINT MARC - DELOUPY
Editions : Delcourt - Erotix

Gabriel et Mathilde sont unis par le sexe, par le plaisir qu’ils se procurent. Ils n’ont aucune limite à par le risque de tomber amoureux. Un récit érotique graphiquement et psychologiquement intéressant à analyser.

 

Bien installé dans son fauteuil de bureau, Gabriel attend, il écoute chaque bruit et principalement ceux venant de l’escalier puis de la passerelle qui mène à son bureau. Il n’a qu’un seul espoir, voir entrer Mathilde. À chaque fois qu’elle arrive, c’est le même rituel, ils s’embrassent et passent rapidement à l’acte, sans même prendre le temps d’échanger trois mots. Gabriel et Mathilde entretiennent une relation adultérine. Mariés tous les deux, ils se sont rencontrés à une soirée de boulot où leurs regards, leurs sourires les ont vite amenés dans les toilettes où avait lieu la réception avec une folle envie de faire l’amour. Ils se voient maintenant deux à trois fois par semaine, ils ne connaissent rien l’un de l’autre, ils n’ont qu’une envie, celui de se donner du plaisir, sans rien regretter, de rentrer chez soi et de garder cette relation secrète.

Voici un thème peu commun abordé dans cet album : l’adultère et sa phase cachée. Le récit est construit autour d’une relation entre un homme et une femme tous les deux mariés et qui n’ont qu’une seule envie: celle de se retrouver sous les draps ! Pas question d’amour dans un premier temps mais simplement la recherche du plaisir avec un inconnu, être au contact de cette peau, ne rien savoir de l’autre juste passer de bon moment à entrelacer leurs corps. Sorti dans la collection Erotix chez Delcourt, les auteurs ne sont pas avares de scènes chaudes où aucun tabou ou positions ne sont censurés mais tout en restant existant et érotique sans tomber dans du porno vulgaire. L’originalité graphique vient d’un dessin à quatre mains où Sandrine Saint Marc et Zac Deloupy se sont partagés le travail en dessinant la vision de Gabriel au crayon trois couleurs et aplats gris et celle de Mathilde à l’encrage classique rehaussé d’un lavis.

 

Cette différence graphique permet ainsi d’aborder deux visions différentes de leur relation mais qui, au final, se rejoignent. Chacun n’a qu’une envie, le plaisir mais une relation extra conjugale entraîne finalement autre chose qu’ils n’avaient pas imaginés au départ tels que la culpabilité, la perte de concentration au travail et surtout l’addiction. Cette addiction qui peut mener à l’amour et qui est source de destruction aussi bien du couple, du quotidien et de leur propre histoire adultérine. C’est la limite du plaisir.

 

On peut regretter (ou pas) que l’aspect psychologique de l’adultère ne soit pas assez développé mais bon, les scènes érotiques font bassement oublier cet aspect, cela reste un bel album, très intéressant mais à ne pas mettre entre toutes les mains bien entendu.



Eric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 2906

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Love story à l'iranienne
Acheter sur BD Fugue
gilson
liberge louis
Retourner en haut de page