0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Vivre en terre occupée

Vivre en terre occupée

Vivre en terre occupée
 
Scénario : José Pablo Garcia
Dessins : José Pablo Garcia
Couleurs : José Pablo Garcia
Édition : La boîte à bulles

 
Sur proposition d’Action contre la faim, José Pablo Garcia s’est rendu dans les territoires de l’Autorité Palestinienne et a accompagné les travailleurs de l’OGN dans leur action. Son objectif a été de réaliser une bande dessinée de sensibilisation sur les conditions de vie des Palestiniens. A l’instar de Chronique de Jérusalem de Guy Delisle, le lecteur est plongé dans les méandres des conséquences sur les populations d’un conflit.

 


Une bande dessinée sur le conflit israélo-palestinien du point de vue de la population est toujours un exercice particulier. Vivre en terre occupée, de part sa démarche, est axé sur la vie de la population palestinienne de Cisjordanie et de la bande de Gaza. De Jérusalem au statut très complexe en passant par Hébron ou Naplouse, le dessinateur accompagné de Max d’Action contre la faim joue tantôt au touriste, tantôt à l’humanitaire, tout en prenant notes et croquis. En partant du centre historique multiconfessionnel de Jérusalem puis en passant les checkpoints et le fameux mur de séparation, le lecteur sera emmené dans des villes palestiennes aux richesses masquées par des décennies de conflits et dans des zones rurales où des paysans défendent leur terre malgré les menaces d’expulsions.
 


Sans jamais accabler Israël, José Pablo Garcia insiste sur les conséquences sur les populations de l’occupation de certains territoires et de la construction de colonies israéliennes. Quand bien même on pourrait déplorer le manque de point de vue des deux côtés du mur, on l’excuse du fait de l’objectif du travail à réaliser : sensibiliser sur les conditions de vie de la population palestinienne. Le lecteur ne sentira en aucun cas manipulé, la présence du nom de l’ONG sur la couverture et dans l’ouvrage lui rappellera sa particularité.  Particularité que l’on retrouve dans la multitude des témoignages des habitants et des travailleurs humanitaires. Ces paroles de terrain de tombent jamais dans le pathos, au contraire José Pablo Garcia fait parler et dessine des femmes, hommes et familles de toutes situations. Il y a des familles aisées jusque dans la bande Gaza.
 


D’un point de vue graphique, la richesse des schémas expliquant en détails les frontières ou autres protocoles résultants d’accords internationaux feront évidemment penser à Chronique de Jérusalem de Guy Delisle. Mais la complexité des différentes zones d’occupation ou le statut particulier de Jérusalem, toujours d’actualité, ont toujours besoin d’être mis en lumière. Les dessins immanquablement pédagogiques, ne font pas oublier que le lecteur a entre ses mains une bande dessinée et non une revue d’information humanitaire.
 


Lors de son retour en Espagne, l’auteur s’inquiète de la faisabilité de raconter son voyage sous forme de bande dessinée. Le pari qu’on lui a proposé était difficile à remporter tant le sujet était difficile. Le lecteur en saura sans aucun doute plus sur la vie quotidienne dans les territoires palestiniens et sur le travail des ONG sur place. Le pari est réussi.

 

 


Philippe
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 2851

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

au gré des courants ; (carnet de pérégrinations) à Amboise et alentour
Acheter sur BD Fugue
du graal plein la bouche
Acheter sur BD Fugue
ainsi se tut Zarathoustra
Acheter sur BD Fugue
louis
esme louis
Retourner en haut de page