0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Deux hivers un été

Deux hivers un été

Acheter sur BD Fugue
Deux hivers un été

Scénario : Valérie VILLIEU
Dessin  : Antoine HOUCKE
Couleurs : Antoine HOUCKE
Éditions : La boîte à bulles 

 
Deux hivers un été délivre le récit bouleversant de Wally et de sa famille d’obédience juive durant les heures les plus sombres de l’Histoire de la France.
 
 
Wally arrive en France, en banlieue parisienne, à l’âge de six mois. Paradoxalement, son père, Herman Danzig, était tombé amoureux de la France alors qu’il y était prisonnier durant la Première Guerre mondiale en tant que ressortissant d’un pays ennemi. En effet, sa famille avait quitté la Pologne pour Leipzig en Allemagne, et Herman avait eu la malchance d’être touriste en France le jour de la déclaration de la guerre de l’Allemagne à la France ! Wally a un frère, Béno et trois sœurs, Marie-Erna, Bella et Jackie, la cadette née en France. Les débuts dans le pays tant rêvé sont difficiles pour la famille Danzig qui travaille dans la confection. La famille s’intègre bien, les prénoms des enfants sont d’ailleurs francisés (Wally devient Valentine par exemple), et Herman parle désormais couramment le français. À force de courage et de travail, les Danzig se retrouvent en 1939 à la tête d’un atelier employant une vingtaine d’ouvrières. Mais en 1940, la France est défaite par l’Allemagne hitlérienne et l’antisémitisme du régime de Vichy va faire basculer la famille dans la peur, l’humiliation, l’exclusion et la déportation. Béno est alors arrêté, détenu à Drancy et conduit à Auschwitz en mars 1942. Le père de Wally, en pleine désillusion par rapport à l’attitude de la France, organise le départ de trois de ses filles, Marie-Erna (Marcelle en France), Wally et Bella pour la zone libre à Corenc près de Grenoble. Si le cadre y est idyllique, la vie n’en sera pas moins dure et pleine d’incertitudes pour les trois jeunes femmes.
 

Le traitement du témoignage de Wally est réalisé de façon magistrale par Valérie VILLIEU qui en a écrit le scénario relu par l’historienne Annette WIEVORKA (spécialiste de la Shoah et dont les grands-parents paternels sont morts à Auschwitz) en collaboration avec le dessinateur belge Antoine HOUCKE. En effet l’histoire de Wally est parfaitement intégrée à l’Histoire avec un superbe travail de recherches. Il y a une dimension pédagogique dans cet ouvrage qui est indéniable : suivre le destin de Wally permet de comprendre la triste réalité de la France durant l’Occupation. Des repères historiques et un album photos à la fin de l’ouvrage achèvent brillamment cette collusion entre histoire vécue et histoire nationale. De plus, les dessins au pinceau d’Antoine HOUCKE sont de toute beauté, et accompagnent de façon intelligente la narration. Les six années de labeur du dessinateur comblent le lecteur : de nombreuses planches sont des œuvres d’art à part entière comme celle où des fils barbelés dessinent l’étoile de David enfermant des familles juives. Le rôle de la couleur est également essentiel car si la première partie du livre est en noir et blanc à l’instar du Maus d’Art SPIEGELMAN, les dessins sont colorisés à l’arrivée à Corenc pour souligner les moments joyeux teintés d’insouciance et l’émerveillement de Wally devant la montagne iséroise.
 

Cette bande dessinée qui a le soutien de la Fondation pour la mémoire de la Shoah est incontournable en alliant l’émotion et la rigueur historique.


Lydie et Nicolas
 


Nicolas
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 3627

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Le bruit de la machine à ...
Voir la fiche produit
Tempête sur Bangui
Acheter sur BD Fugue
le voeu de simon
Acheter sur BD Fugue
hautes oeuvres
Acheter sur BD Fugue
gioux
espace pub chaillé
Retourner en haut de page