0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Jean de Florette 1ere partie

Jean de Florette 1ere partie

Scénario : Serge Scotto et Eric Stoffel
Dessin : Alexandre Tefenkgi
Couleurs :Yoann Guille et Alexandre Tefenkgi
Editions : Grand Angle

 
Le papet et son neveu Ugolin veulent acheter la ferme de Pique-Bouffigue. Après une altercation, le viel homme meurt et c'est son neveu de la ville Jean, fils de Florette qui hérite. Afin de le décourager, Ugolin bouche la source et etablit des liens d'amitié avec le bossu qui finit par lui présenter ses projets.
Adapter le diptyque de l'eau des collines en Bande dessinée est une gageure. Nombreux sont ceux qui s'y sont cassé les dents mais Serge Scotto, Eric Stoffel et Alexandre Tefenkgi relèvent le defi haut la main.
 
Sur les hauteurs d’Aubagne, les Bastides s’élèvent au milieu de la garrigue. C’est dans ce paysage que le papet et son neveu Ugolin vivent. Paysan, Ugolin cherche à gagner toujours plus d’argent. Pour cela, il veut  arrêter la culture du pois chiche pour se lancer dans celle des fleurs, plus précisément des œillets. Malheureusement dans ce cadre méditerranéen, ces fleurs consomment autant d’eau qu’un homme et l’eau, elle est rare ! Ils convoitent donc les terres, et la source oubliée, du voisin Pique-Bouffigue. Acariâtre, ce dernier refuse de leur vendre ses terres mais il n’hésite pas à insulter la famille Soubeyran. Furieux, le papet le rudoie et le laisse pour mort. Mort, il le sera quelques jours plus tard. Par le jeu des héritages, la ferme revient à son neveu Jean, le fils de Florette. Percepteur et bossu, il ne semble pas devoir être intéressé par le domaine. Mais lorsqu’Ugolin le voit débarquer avec femme, enfant et mobilier, il comprend que ses plans risquent de tomber à l’eau. Hypocritement, Ugolin établit des liens d’amitié avec Jean de Florette qui finit par lui révéler ses projets : un élevage de lapin.
 
Après avoir adapté Merlusse, Jazz et les mémoires d’enfants (la Gloire de mon père et le château de ma mère) Stoffel et Scotto devaient se frotter au saint des saints de Marcel Pagnol : le diptyque des eaux des collines. Une fois de plus, le challenge est de taille car il s’agit d’un monument de la littérature autant que du cinéma français. Et une fois de plus le duo de scénariste réussi à conserver l’âme et l’esprit du roman. Ce premier album sert d’ouverture. Les personnages sont présentés ; même si l’éponyme, au centre de l’intrigue, n’apparait qu’au deux tiers de l’album. L’intrigue, justement, est également posée et il n’y a plus qu’à laisser tout cela s’échauffer au soleil de Provence.

Après avoir déssiné le très réussi Où sont passés les grands jours ?, sur un scénario de Jim, Alexandre Tefenkgi signe les dessins de cette adaptation. Là aussi, le challenge est de taille. Il faut créer des personnages originaux tout en sachant que le trio Montand/Auteuil/Depardieu est dans tous les esprits. Mais là également cela « match » ! Chaque personnage possède désormais son double dessiné tout aussi charismatique et identifiable.
 
Très sincèrement j’avais des doutes quant aux adaptations des œuvres maîtresses de Marcel Pagnol. Si certaines m’avaient quelque peu laissée sur ma faim, ce Jean de Florette, lui, m’a totalement comblé. Preuve que Pagnol est immortel.
 

Cédric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 2897

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Mon homme presque parfait
Voir la fiche produit
Topaze par Eric Hübsch avec BD
Voir la fiche produit
Planche originale Mon Père ce Poivrot
Voir la fiche produit
pandora tome 4 - l'ile de tohu-bohu
Acheter sur BD Fugue
Patrouille de France, l'épopée
Acheter sur BD Fugue
Pandora ; intégrale
Acheter sur BD Fugue
louis
liberge louis
Retourner en haut de page