0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Kilomètre Zéro Tome 3

Kilomètre Zéro Tome 3

Acheter sur BD Fugue
Kilomètre Zéro
Tome 3
 
Scenario : Stéphane Piatzszek
Dessin et couleurs : Florent Bossard
Éditions : Grand Angle

 
L’homme le plus riche d’Alsace s’est lancé dans un projet fou: construire la première ligne ferroviaire internationale. Il a entraîné toute sa famille et englouti toute sa fortune. Cet homme, c’est Nicolas Koechlin  et Stéphane Piatzszek nous raconte son histoire à travers une trilogie aux accents sociaux dignes de Zola et toujours plus joliment mise en image par Florent Bossard.
 

En cette année 1840, rien ne va plus pour la famille Koechlin. Si le premier tronçon du Strasbourg-Bâle a été inauguré après seulement 3 ans de travaux, la route est encore longue. Longue et coûteuse. À tel point que les rumeurs affirment que Nicolas Koechlin est ruiné. En fin renard de l'industrie, le chef d'entreprise a réussi à freiner la chute du cours des actions au prix d'un rachat massif dont le coût est exorbitant. Il doit aussi composer avec le départ de son fils Léo, dont la charmante épouse est venue le chercher et de son frère Théodore contraint, par sa santé fragile, d'aller se mettre au vert au bord de la Méditerranée. C'est donc tout naturellement que Salomé, toujours aussi rebelle, a pris la place à côté de son père. De son côté, Doomi poursuit son apprentissage de chauffeur, et de la vie. Grâce à son sang-froid et une intuition géniale, il se voit confier le poste de chauffeur du voyage inaugural. Pour Fink, le départ de Théodore Koechlin est un abandon. S’il poursuit ses rêves de peinture, il devient également un spectateur averti des changements sociaux qui déboucheront sur la révolution de 1848.

Avec sa couverture plus sombre, ce vieil homme qui observe les trains et cette file d'ouvriers qui entre telle des animaux dans une usine, le ton ce 3e opus de Kilomètres zéro est donné. Stéphane Piatzszek poursuit l'évocation de la construction de la première ligne ferroviaire internationale à travers le regard croisé de plusieurs intervenants. Bien sûr, il y a Nicolas Koechlin le patron visionnaire mais si son ombre et son œuvre sont omniprésents, lui se fait plus discret. Si Léo, son fils, occupe une place particulière à l'ouverture, lui aussi disparaît rapidement. Il n'en est pas de même pour Théodore qui, même parti se mettre au vert reste le père que Fink n'a jamais eu. C'est bien les deux frangins de Mulhouse l'industrieuse qui tiennent de le haut de l’affiche. Eux et tous les ouvriers qu’ils travaillent dans les usines ou sur la construction du chemin de fer. Cela donne un album au ton social où les coups d'éclat des uns et les autres sont autant de rebondissements. Un album fluide qui voit son rythme s'accélérer dans les dernières pages plus à cause du contexte national que de la construction du train. Un album qui fait l’éloge de la province conquérante et innovante face à la capitale qui attire tout à elle. Bref un album qui se lit avec plaisir mais qui laisse un goût doux amer à sa fermeture. Et pour tout dire, cela fait un peu penser à une œuvre de commande. Heureusement, le trait de Florent Bossard se révèle encore plus agréable que précédemment. L'artiste use à la perfection de l'ombre et de la lumière pour mettre en évidence la part de mystère des affaires et des hommes. L'inconvénient de cette originalité tient dans la plus difficile identification des personnages et Florent Bossard l’a parfaitement intégré lui qui évoque une « matissisation ». Les personnages gagnent en visibilité et en épaisseur et la lecture s'en trouve grandement facilité. Il me serait impossible de terminer cette chronique sans boucler la boucle avec la couleur qui se fait pastel pour Doomi et sombre pour les ouvriers  et les Koechlin.

Avec ce troisième épisode se clôt la grande saga familiale des Koechlin. Une aventure industrielle et humaine sur fond de rivalité Paris-Province et de Révolution à venir autant qu'un portrait du monde ouvrier du milieu du XIXe siècle pas si éloigné des œuvres de Zola.


Cédric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 4346

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Le Chevalier à la Licorne
Acheter sur BD Fugue
L'île des justes - Corse été 42
Acheter sur BD Fugue
annonce boutique
espace pub Appréhendez la bande desinnée autrement
Retourner en haut de page