0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article L'homme qui tua Chris Kyle

L'homme qui tua Chris Kyle

Acheter sur BD Fugue
L’homme qui tua Chris Kyle
 
Scénario : Fabien Nury
Dessin et couleurs : Brüno
Editions : Dargaud


 
Chris Kyle est le sniper le plus meurtrier de l’histoire de l’armée américaine : il est donc vénéré dans son pays ! Tout le contraire d’Eddy Ray Routh qui, armurier, n’a jamais mis les pieds sur un champ de bataille. Leurs routes vont cependant se croiser et leur rencontre va laisser quelques taches.
Fabien Nury et Brüno s’attaquent à un monument de l’Amérique : Chris Kyle. A travers un album documentaire mené de mains de maîtres, le duo nous offre plus qu’une enquête policière, un portrait au scalpel des États Unis d’aujourd’hui.
 

Chris Kyle est ce qu'il est convenu de nommer un héros de guerre. Ancien Navy Seal ayant réalisé quatre opérations en Irak, il est le sniper le plus efficace, le plus mortel et meurtrier de l'histoire de l'armée américaine. Avec ses 161 « tués confirmés » et 95 autres « non confirmés », Chris Kyle n'éprouve qu'un seul regret : celui de n'avoir pas assez tué d'ennemis  pour protéger ses camarades GI’s. Décoré de cinq bronze Star et de deux Silver Star, il a souffert d'un bref stress post-traumatique mais l'amour de son épouse et celui des armes à feu lui à fait rapidement remonter la pente. Fort de sa légende, il a monté une boîte de sécurité prospère et son autobiographie American sniper est un tel carton qu’Hollywood a déjà acheté les droits. Il œuvre désormais à la réhabilitation de ses anciens camarades. C'est dans ce cadre qu'il fait la rencontre d’Eddy Ray Routh, simple marine qui a toujours rêvé de devenir soldat. Ce rêve était devenu réalité en 2007 lorsqu'il a été envoyé comme armurier à Falloujah, au nord de Bagdad. Par la suite, il a été envoyé en mission sanitaire après le tremblement de terre meurtrier à Haïti. Depuis son retour à la vie civile, Eddy a totalement perdu pied : violence, alcool, drogue, il multiplie les séjours à l'hôpital. Mais pour l'Amérique, il est surtout L'homme qui tua Chris Kyle


Malgré mon immense estime pour Clint Eastwood, je dois bien avouer qu’avant d’avoir cet album entre les mains, j'ignorais tout de Chris Kyle. Certes j'ai bien entendu parler d’American sniper mais rien de plus. Pour moi, avec un titre pareil, cette histoire devait être avoir un léger rapport avec un Liberty Valance contemporain et la notoriété du duo d'auteurs de Tyler Cross finit de me convaincre de la lire. Le premier contact a donc été violent. Point d'invention mais une bande dessinée documentaire construite comme une série avec de petits épisodes où narration et focalisation évoluent. Un peu à la manière de Michael Moore, Fabien Nury dresse le portrait des deux hommes en parallèle. Il raconte leur funeste rencontre et enfin évoque l’après avec beaucoup d’archives d'interview de la chaine Fox news. La ressemblance s’arrête néanmoins rapidement car, à la différence du réalisateur oscarisé, le scénariste cherche à rester le plus neutre possible : il se contente d'évoquer les faits et de reprendre les citations. Avec une précision quasi chirurgicale, il évoque ce qui fait l'Amérique d'aujourd'hui :  le bien, le mal, la prolifération des armes et l'argent. A ce titre, le cynisme de la veuve éplorée est à vomir ! Seule entorse à cette objectivité affichée mais toute relative, les dernières pages posées comme une hypothétique conclusion au parallèle dressé durant tout l'album. Cette atmosphère pesante est renforcée par les choix de Brüno. On dit souvent que les yeux sont le miroir de l'âme et bien apprêtez-vous à n'avoir aucun indice sur les deux principaux protagonistes. De leur regard, vous n’aurez que des lunettes de soleil ! Pour le reste, la mise en page est relativement simple mais extrêmement efficace, parfois ralentissant le rythme comme pour étirer le temps, l’accélérant parfois comme une balle de pistolet automatique. Et puis, comment ne pas évoquer la colorisation qui, grâce à de grands aplats, renforce la gêne.


Évidemment, on ne ressort pas indemne de la lecture et, quelques soient ses opinions, on s'interroge encore longtemps après avoir refermé le livre. C'est donc un album coup de poing qui restera longtemps dans les annales comme un magnifique portrait de l'Amérique de Trump (même s'il n'était qu'un acteur de téléréalité à l'époque !)


Cédric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 3542

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

HYDE originaux
Voir la fiche produit
L'ombre d'un monstre
Voir la fiche produit
Brumes sanglantes
Voir la fiche produit
Un drame en Livonie
Voir la fiche produit
Tanguy et Laverdure tome 1 - L'école des Aigles (édition 1961)
Acheter sur BD Fugue
Chroniques de la lune noire tome 4 - quand sifflent les serpents
Acheter sur BD Fugue
Garfield tome 59 - chat geek
Acheter sur BD Fugue
tanco
ortiz Galland
Retourner en haut de page