0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article La bicyclette

La bicyclette

Scénario  et dessin : Cheah Sinann
Edition : La Boite à bulles

 
En 1942, l’armée japonaise envahit Singapour grâce à des… bicyclettes. C’est l’agilité d’un de ces soldats qui fascine le tout jeune et maladroit Lim Ah Cheng. Ces deux là que tout oppose vont finir par se lier d’amitié, à la vie, à la mort.
Un roman graphique retraçant une anecdote historique forte en émotion. Une histoire qui redonne foi en l'Humanité.
 
Michael De Souza, le directeur du musée de la guerre de Singapour, téléphone à Mr Lim Ah Cheng. Il lui annonce qu’il a retrouvé sa bicyclette et lui propose de venir la voir à la fermeture du musée. A l’heure dite, le vieil homme arrive accompagné de son petit fils. Ce dernier, accaparé par son portable, laisse les deux hommes aller voir le vélo. Fortement ému, Lim Ah Cheng se laisse aller à raconter l’histoire liée à cette bicyclette, son histoire.
72 ans plus tôt, il n’était qu’un gamin des rues lorsque l’armée japonaise est entrée dans Singapour. Cette armée si puissante utilisait un moyen de locomotion pour le moins rudimentaire : le vélo ! Émerveillé par l’agilité d’un soldat japonais, Ah Cheng décide de ne plus le lâcher d’un maillon de chaîne. Il n’a d’autre rêve que de savoir rouler avec autant d’adresse. Ce soldat nippon n’est pas un seconde classe comme les autres. D’origine noble, il se prépare pour les prochains Jeux Olympiques, lorsque la guerre sera terminée. Malheureusement, ce tandem hors norme n’est pas du gout de tout le monde et risque fort de les conduire à leur perte.
 
La Boite à Bulles permet au jeune  Cheah Sinann de publier son premier roman graphique en France. Après avoir publié des illustrations, des dessins d’humour et autres strips humoristiques dans de nombreux journaux du sud-est asiatique, l’auteur de la série drolatique, présentant la vie chinoise, The House of Lim  s’attarde sur une anecdote historique inconnue en Europe. Fidèle à son style, le dessinateur singapourien conserve son trait épuré si caractéristique et efficace afin de rendre les personnages à la fois simples et expressifs. La mise en couleur, ou plutôt devrais je dire en noir et blanc, renforce le caractère historique et tragique de l’histoire. Reposant, comme je l’ai déjà dit, sur une anecdote historique, l’histoire retrace l’amitié improbable entre un orphelin de Singapour et un soldat japonais. Tout devrait opposer ces deux là ! Et pourtant une bicyclette va les réunir. Cette histoire met donc en avant l’amitié. Elle parle aussi, et surtout, de l’humanité. L’humanité de ce soldat japonais qui, même s’il est noble, le pousse à partager le sort des simples soldats. Humanité toujours lorsqu’il refuse qu’un enfant soit fusillé pour l’exemple.  Ce soldat est la preuve qu’un cœur battait chez de nombreux soldats de la seconde guerre mondiale. A l’instar d’Effroyables Jardins de Michel Quint, La Bicyclette rejoint  les grands textes dénonçant la barbarie des criminels de guerre et le refus de quelques soldats de participer à ces crimes par de petits gestes. Un album qui fait du bien, qui émeut autant qu’il réconforte. Un ouvrage très fort.


Cédric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 2790

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Album Déracinés Tome 2 dédicacé
Voir la fiche produit
Déracinés Tome 1 et Tome 2 ...
Voir la fiche produit
Brumes sanglantes
Voir la fiche produit
Album Déracinés Tome 1 dédicacé
Voir la fiche produit
tristes utopiques
Acheter sur BD Fugue
ma vie d'adulte
Acheter sur BD Fugue
la bête qui mangeait tout le monde
Acheter sur BD Fugue
annonce boutique
espace pub Appréhendez la bande desinnée autrement
Retourner en haut de page