La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Metropolis T04

Metropolis T04

Scénario : Serge Lehman
Dessin : Stéphane de Caneva
Couleurs :  Dimitris Martinos
Couverture : Benjamin Carré
 
Conclusion brillante du thriller uchronique de Serge Lehman et Stéphane de Caneva qui restera comme une des meilleures séries de science-fiction de ces dernières années.  
 


Le dénouement approche à Metropolis, capitale de l’Interland franco-allemand. L’inspecteur Gabriel Faune est à la recherche du commissaire Lohmann qui a basculé dans la folie et a kidnappé sa petite amie Loulou. Dans le même temps, les autorités de la ville pensent avoir résolu le mystère des cadavres de la tour de la Réconciliation. Tout pourrait se terminer là, si ce n’est les visions qu’à Faune d’un autre monde… Son thérapeute, le docteur Freud, a beau lui expliqué qu’il est victime d’un syndrome hallucinatoire d’un type nouveau lié au développement technique, Gabriel est persuadé que la ville tente de lui faire passer un message, que les choses ne sont pas ce qu’elles semblent être. Que les clés de tous ces mystères sont l’étrange machine de Marcel Duchamp, l’Automate mental 45, et le véritable rôle joué par cet illustrateur de science-fiction méconnu, un certain Adolf Hitler…
 


Il n’est pas simple de terminer une série aussi riche dans son contenu qu’ambitieuse dans son propos sans décevoir personne. Ce quatrième tome nous propose une fin complexe, sujette à interprétation, qui pourra laisser à certains un goût d’inachevé. Comme on pouvait s’en douter à la tournure que prenait le récit, on quitte les considérations d’une simple enquête policière pour aborder des propos d’une portée à la fois psychanalytique et métaphysique. Tout cela est assez complexe et certaines questions restent sans réponse. Mais il vaut sans doute mieux faire confiance à l’intelligence du lecteur plutôt que de lui apporter à tout prix des réponses qui se révéleraient réductrices. On ne peut que louer le travail de Serge Lehman dont le scénario original et profond sort des sentiers battus que prennent malheureusement trop souvent les séries de science-fiction, même si au final on peut se demander où il a voulu nous emmener, quel était le but de tout ceci. Peut-être est-ce justement de nous inciter à engager la réflexion.
 
Le dessin de Stéphane de Caneva est une valeur sûre, et l’ambiance si particulière de la série lui doit beaucoup. Il s’attarde dans ce dernier tome à mettre l’accent sur les personnages pour mieux refléter leurs tourments intérieurs alors que la ville est plutôt mise en retrait, ce qui est compréhensible puisqu’on ne fait que visiter des lieux familiers, et ce jusqu’aux dernières pages où on change radicalement de décor avant de carrément changer de style dans des planches qui marqueront les esprits.


Christophe
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 1856

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Forgotten Generation (volume 1) 3
Voir la fiche produit
Forgotten Generation (volume 2) 2
Voir la fiche produit
Dédicace Le Malvoulant Noir et Blanc ...
Voir la fiche produit
Hauteville House T13 par Thierry Gioux ...
Voir la fiche produit
Switch girl tome 19
Acheter sur BD Fugue
Mairunovich tome 3
Acheter sur BD Fugue
The royal Doll Orchestra tome 2
Acheter sur BD Fugue
eric loutte
Grain de liberté eric loutte
Retourner en haut de page