0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Beethoven – Le prix de la liberté

Beethoven – Le prix de la liberté

Acheter sur BD Fugue
Beethoven – Le prix de la liberté
 

Scénario, dessins : Régis PENET
Éditions : La Boîte à bulles

Beethoven – Le prix de la liberté relate avec délicatesse des épisodes de la vie du virtuose allemand qui permettent de saisir à quel point sa quête d’absolu s’est trouvée à maintes reprises entravée par ses idéaux.

 

 

Régis PENET nous offre une biographie dessinée pleine de subtilités. Effectivement, l’œuvre commence par un concert donné par BEETHOVEN en 1824 à Vienne qui permet au fils de son ancien protecteur de découvrir L’Hymne à la joie et se remémorer les années passées près de vingt ans auparavant auprès de son « cher Ludwig » devenu sourd. Celui qui était parfois surnommé « l’ours des salons » n’inquiétait pas le jeune Eduard von LICHNOWSKY tant le ravissaient les compositions de BEETHOVEN qu’il guettait en cachette, et tant il avait saisi que l’artiste ne trouvait l’apaisement et l’inspiration qu’au sein de la nature. La quête de liberté de BEETHOVEN passait aussi par une intransigeance y compris avec ses proches comme lorsqu’il refusa de jouer devant des officiers napoléoniens, vainqueurs des Autrichiens à Austerlitz, alors qu’il avait songé un temps à dédier sa 3ème symphonie à l’empereur avant que celui-ci n’incarne à ses yeux le rejet de sa quête de liberté.
 


L’auteur nous livre ici plus qu’une biographie, celle d’un artiste pleinement engagé dans son époque de turbulences politiques et sociales, et qui ne souffre aucune compromission pour faire vivre son art. On retrouve dès lors BEETHOVEN tourmenté par sa recherche de chefs-d’œuvre aux prises avec une réalité indigne de sa soif d’absolu.
 


Le choix de Régis PENET du noir et blanc à l’instar des noires et blanches sur les partitions tout comme celui des cases sans texte rappelant les silences musicaux nous permettent de suivre intelligemment le compositeur et la gestation de ses œuvres. De même, l’intransigeance de BEETHOVEN se retrouve avec cette opposition manichéenne du blanc et du noir, du bon et du méchant, du juste et de l’injuste. Sa quête d’absolu est ainsi traversée par une vision contrastée des êtres et des choses tant et si bien qu’il a accepté de sacrifier son confort à la défense de sa liberté.
 


La préface de François-Frédéric GUY est particulièrement éclairante sur l’exigence des idéaux de BEETHOVEN qui a fait fi des contingences pour offrir son art à l’humanité tout entière sans s’embarrasser des puissants. Ainsi, il n’hésitera pas à déclarer avec des accents dignes d’un Figaro au prince Alois von LICHNOWSKY son protecteur : « Prince, ce que vous êtes, vous l’êtes par le hasard de la naissance, ce que je suis, je le suis par moi. Des princes il y en a et il y en aura encore des milliers. Il n’y a qu’un Beethoven ! ». La bande-son disponible à la fin de l’ouvrage ou via un lien internet accompagnera avec intérêt la lecture de la bande-dessinée.

L’intelligence de cet ouvrage ravira tous les publics avertis ou non.


Lydie et Nicolas

 

 

 



Nicolas
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 4019

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

souvenirs de moments uniques
Acheter sur BD Fugue
où es-tu Léopold ? tome 1 - invisible c'est pas du jeu
Acheter sur BD Fugue
annonce boutique
espace pub Appréhendez la bande desinnée autrement
Retourner en haut de page