0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Chronique "Martin Bonheur"

Chronique "Martin Bonheur"

Acheter sur BD Fugue
Lundi matin, comme toujours il pleut, dehors les passants ont une triste mine, la boite aux lettres est remplie de factures et parmi le courrier, une enveloppe contenant le dernier album des Editions Bamboo : « Martin Bonheur ». Avec un titre aussi évocateur, je devrais normalement sortir de ma torpeur, du moins je l’espère car l’humeur n’est pas au rendez-vous.
La première planche se déroule dans un cimetière (on reste dans l’ambiance). Mais au fur et à mesure que je tourne les plages, la magie opère. Je me retrouve entrainé dans une aventure sentimentale au grand cœur, où le jeu des acteurs et l’originalité du lieu me redonnent petit à petit l’espoir qu’il existe encore des endroits où l’on peut trouver le bonheur.

Mais revenons à notre histoire. Agathe, jeune parisienne et brillante carriériste, a pour but de retrouver son père (un « nègre » de la littérature à succès) et lever le voile sur son passé. Sa quête va la propulser dans le petit village normand de Veules-les-roses où vivent principalement des personnes du 3ème âge mais surtout Martin (l’homme à tout faire du village).
Même si le coup de foudre est immédiat entre eux, tout les opposent. Elle, citadine et déterminée, lui, le doux rêveur, le sentimental au grand cœur, prêt à toujours rendre service aux habitants du village.
Autant dire que le chemin du bonheur n’est pas acquis d’avance. Surtout qu’ils devront d’abord résoudre une curieuse affaire de manuscrit volé qui mènera au décès du père d’Agathe (meurtre ou suicide) et clarifier le rôle de Martin (cet écrivain trop secret).


Martin Bonheur n’est pas qu’une histoire sentimentale mais aussi une réelle enquête policière autour d’un secret « de famille ». Le découpage de l’histoire alterne scènes romantiques et intrigues policières sans donner de temps mort. Le village de Veules-les-Roses est un acteur à lui seul, il est l’âme de cet album, ces habitants sont attachants, chacun possède sa particularité. Sans parler des gargouilles qui ont également leurs mots à dire. Félicitations au scénariste Jérome Félix.


Quant à Stéphane Louis (loin de ses univers habituels), il a réussi à donner une vie à tous ces personnages, une âme graphique finement dosée, permettant de s’attacher à eux. Agathe est magnifiquement belle de case en case et Martin tout de suite sympathique. Et pour ne rien gâcher, la mise en couleur de Vera Daviet ne fait que renforcer admirablement, les sentiments et expressions des différents acteurs mis en image par Stéphane Louis.
 
Bamboo a donné sa chance à cette histoire et nous ne pouvons que valider cette initiative. Qu’il est bon de s’échapper de son quotidien pour ce mettre en quête du bonheur. Et comme le dit Martin « A Veules, je suis devenu heureux sans avoir besoin d’être célèbre »
 « Parfois on rencontre des gens capables de mettre de la couleur sur nos idées noires… »


Et pourquoi pas aquérir cet album dédicacé ! ICI



Eric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 3324

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Recherche projet abandonné
Voir la fiche produit
mon pere ce poivrot
Voir la fiche produit
Planche originale Mon Père ce Poivrot
Voir la fiche produit
crayonné Miss Deeplane
Voir la fiche produit
Freezing Zero tome 4
Acheter sur BD Fugue
full ahead coco tome 2
Acheter sur BD Fugue
toutou & cie tome 2
Acheter sur BD Fugue
ortiz
BLary ortiz
Retourner en haut de page