0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Elric T04

Elric T04

Acheter sur BD Fugue
Elric T04
La Cité qui Rêve

 
 
                                            
Scénario : Julien Blondel, Jean-Luc Cano
Dessin : Julien Tello
Couleur :  Stéphane Paitreau
Couverture : Jean Bastide
Editions : Glénat
 
 
Fin de premier cycle avec ce quatrième tome d’Elric qui Adapte les romans du personnage phare de Michael Moorcock. Adaptation avec un A majuscule tant le travail aussi bien scénaristique que graphique est exceptionnel, et fait assez rare pour le souligner, réussit à magnifier son matériau de base. De la BD dans ce qu’elle peut offrir de meilleur !
 

 
Après avoir été confronté à Saxif d’Aan dans le tome précédent et pressé par celui-ci de trouver la cité d’origine des Melnibonéens, Elric part en expédition avec le comte Smiorgan Tête-Chauve et quelques compagnons au milieu d’une jungle hostile. Ce qu’il y trouvera bouleversera toutes ses croyances et le mettra sur le chemin d’un destin funeste.
Pendant, ce temps, Cymoril, nouvelle impératrice de Melniboné corrompue par le Chaos envoie sa flotte de guerre mettre les Jeunes Royaumes à feu et à sang dans le but de retrouver son ancien amant et prédécesseur sur le trône de rubis.
La conjonction de ces deux évènements amènera Elric à prendre la tête de la plus vaste coalition maritime de l’histoire des Hommes dans un but que l’on pensait jusque-là impossible : brûler la Cité qui Rêve et abattre définitivement la cruelle Melniboné.
 

 
Seul défaut de l’album : il est trop court. Malgré ses respectables 59 pages (auquel il faut ajouter son carnet de croquis et sa superbe galerie d’illustrations), on a l’impression que son histoire se serait épanouie avec quelques (dizaines ?) de pages de plus. C’est dire à quel point l’album est réussi : on en veut plus. Et les deux évènements majeurs de ce tome : la découverte de R’Lin K’Ren A’A (pas facile à placer au scrabble) et l’attaque de Melniboné aurait pu mériter un album chacun. Pour autant, l’histoire n’est pas précipitée, et on se régale de bout en bout. Les scénaristes arrivent à donner une ampleur et une cohérence d’ensemble aux aventures d’Elric qui faisaient parfois défaut au matériau d’origine. De plus, ils réussissent à rendre parfaitement la tragique fatalité qui caractérise le prince albinos.
 


Graphiquement, c’est tout aussi réussi. Même si Robin Recht ne participe pas à l’album et si le coloriste a changé, Julien Télo assure une parfaite cohérence avec les albums précédents et nous en mets plein les yeux quelque soit le type d’environnement : de la jungle pestilentielle à la sinistre Imrryr en passant par la lumineuse R’Lin K’Ren A’A. Soulignons aussi le travail des couleurs qui prennent souvent le pas sur l’arrière-plan donnant un petit côté impressionniste renforçant l’ambiance sombre et sanglante.
 
S’il est possible de faire mieux en matière de Dark Fantasy, je demande à voir.
 
 

Christophe
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 3928

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

album La Lance Opale de Feu ...
Voir la fiche produit
Noirs Lents Demains
Voir la fiche produit
Dédicace couleur Malvoulant
Voir la fiche produit
Reservé
Recherche
Voir la fiche produit
kenshin le vagabond tome 8 - sur le chemin de kyoto
Acheter sur BD Fugue
rave tome 19
Acheter sur BD Fugue
sang royal tome 2 - crime et châtiment
Acheter sur BD Fugue
Castaza
Duprat holgado
Retourner en haut de page