0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Gaines de bandits

Gaines de bandits

Acheter sur BD Fugue
 Graines de bandits
 
Scénario, dessin et couleurs : Yvon Roy
Éditions : Rue de Sèvres
 
Deux gamins sont plus ou moins laissés à eux même par une mère dépressive et un père entraîné dans une sorte de secte. Ils pourraient mal tourner mais ils sont sauvés par leur imagination...
Une nouvelle fois, Yvon Roy signe un album à fleur de peau qui émouvra tous les lecteurs.
 

« L'Amérique, c'est pas tout ce qu'on dit, mais c'est vrai que c'est grand ». Suffisamment grand pour qu’une petite famille parcourt le Canada à la recherche d'un nid douillet afin de s'installer. Malheureusement, rien ne se passe comme prévu. Certes le terrain est paradisiaque, certes la construction commence rapidement mais elle s'arrête tout aussi vite car l'entrepreneur est aussi malhonnête qu’alcoolique. Pour les deux frangins et leurs parents, la solution de repli réside dans un bungalow sans charme dans un coin paumé. Bien loin du rêve ! Très croyant, le père s'intègre rapidement dans une dans la communauté des bérets blancs. Tout aussi rapidement, les deux gamins s'imaginent conquérir les vastes étendues du voisinage. Mais la famille se referme de plus en plus sur elle-même et c'est la mère qui en souffre le plus. Cloîtrée à la maison, regardant la télévision qui lui explique qu'elle a raté sa vie, elle déprime et devient violente, même avec ses fils. Pour eux, une seule solution : s’évader dans un monde imaginaire…

On a tous, dans notre entourage, des amis dont on ne supporte pas les enfants. D'ailleurs, on les qualifie assez facilement de bandits, de graines de bandits plus exactement. C'est l'idée que donne à voir la couverture de cet album. Pour ne rien arranger, ces deux gamins, poing levé et  l'air hargneux ne peuvent que confirmer le titre. Et puis, et puis... il y a la vignette rajoutée «  du même auteur que Les petites victoires ». A elle seule, elle aura déjà converti ceux qui ont lu le précèdent album d'Yvon Roy. Pour les autres, charge à eux d'ouvrir le livre car ces deux garnements ne sont pas ce qu'ils semblent être. Il me vient alors des souvenirs de lecture de la Comtesse de Ségur ;  Un bon petit diable. C'est probablement ainsi que ces deux enfants pourraient être présentés. Il faut dire qu'ils ont eu une enfance quelque peu compliquée. Un père souvent absent puisque intégré à une sorte de secte, une mère dépressive qui considère sa maternité comme l’échec de sa vie et qui n'hésite plus à se venger sur ses deux fils. Ces derniers qui, à leur tour, reproduisent la violence envers les autres. Et bien non !! Ils vont plutôt trouver refuge de l'invention, dans l'imagination; se créant un monde à conquérir et d’autres existences où ils seraient califes ou supers héros. C'est cet univers qu’Yvon Roy nous raconte avec énormément de pudeur mais encore plus de justesse et de sensibilité. On retrouve cette émotion dans le trait du dessinateur canadien. Les personnages sont vrais et si, parfois ils virent à la caricature, ce n'est que pour mieux exprimer leurs sentiments. Les décors sont minimalistes mais toujours opportuns et la colorisation, dans un camaïeu de gris, apporte autant d'élégance que douceur.

Avec ce Graines de bandits, Yvon Roy  signe une nouvelle fois un album à fleur de peau qui ne laissera personne de marbre.
 

Cédric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 3050

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Noirs Lents Demains
Voir la fiche produit
Le bruit de la machine à ...
Voir la fiche produit
L'Iliade et l'Odyssée d'après Homère
Acheter sur BD Fugue
Les promeneurs sous la lune
Acheter sur BD Fugue
Wake up America tome 1 - 1940-1960
Acheter sur BD Fugue
quidam
espace pub The Babe tome 1
Retourner en haut de page