0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Jack Cool 1966

Jack Cool 1966

Scénario : Jack Manini
Dessins : Olivier Mangin
Couleurs : Yoann Guillé
Editions : Grand Angle

En route à bord du bus psychédélique de Manini et Mangin, en plein milieu des années 60 dicté par le LSD. Un road trip autant libérateur que dangereux.

 

1966, dans les locaux de l’usine Cadillac, alors que la neige tombe sur Détroit, le jeune directeur semble avoir une vie bien rangée. Un costume, une famille, une femme prévenante… Tout semble réglé comme du papier à musique. Jusqu’au jour où il décide de partir à pieds et de rejoindre l’ouest américain. Cette disparition ou plutôt cette fuite inquiète Lucille sa jeune épouse qui prend contact avec un privé nommé Jack Cool dont la mission va être de retrouver son mari.


Cinq mois plus tard c’est un homme sale et affaibli qui fait son apparition dans la communauté hippie « Merry Pranksters ». Son passé étant derrière lui, il sera surnommé Jésus-Gris. Fort de cette nouvelle identité, Jesus Gris va remettre en état un bus au couleur psychédélique et entrainer toute la communauté dans un road trip sur fond de LSD. Parallèlement, Jack Cool est employé par l’actrice Jayne Mansfield pour retrouver sa fille dont le destin est également lié à ce fameux bus.

Cette nouveauté est pour le moins étonnante car elle nous plonge au beau milieu des années 60, au sein d’une communauté appelé les « Merry Pranksters » ou « Joyeux Déconneurs » afin, dans un premier temps, de nous faire partager leur quotidien. L’objectif est de vivre en marge de la société, d’ouvrir son esprit et tout ceci avec l’aide de substances telles que le LSD. Ainsi, au fil et au rythme des pages, le lecteur se laisse entrainer par ce mode de vie et la curiosité vous poussera à accompagner les auteurs dans ce voyage psychédélique.

Mais attention, malgré le sujet, la trame est très sérieuse car elle mêle fiction et réalité. Le personnage que nous nommerons Jesus Gris va croiser le destin de Ken Kesey, Jayne Mansfield et autres personnes de la Beat Génération.

Ce premier opus semble être un voyage dans des mondes parallèles mais petit à petit il dévoile certaines cartes qui laissent à penser que le récit va basculer dans quelque chose de beaucoup plus noir.

Côté dessin, Olivier Mangin, n’est pas tombé dans le piège d’utiliser la thématique pour proposer des dessins incompréhensibles, bien au contraire, il est resté dans un graphisme très posé, réaliste et qui donne beaucoup de crédibilité au récit et tant mieux.

 

 

Eric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 2847

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

les croquemagnons tome 1 - mange tes doigts de pieds
Acheter sur BD Fugue
Necromancy tome 2
Acheter sur BD Fugue
Mycroft le détective des confins tome 2 - la bête d'ecume
Acheter sur BD Fugue
gilson
esme louis
Retourner en haut de page