0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article L'Enfer, c'est les hôtes

L'Enfer, c'est les hôtes

Acheter sur BD Fugue
L’Enfer, c’est les hôtes
 
Scénario : KARIBOU
Dessin et couleurs : Lionel RICHERAND
Éditons : Glénat
Collection Pataquès

 
Alors que l’Enfer est encore en chantier, le premier pensionnaire, Caïn, débarque sans crier gare ! Impossible donc de le laisser vaguer comme une âme en peine ! Lucifer décide donc de lui faire faire le tour du propriétaire mais avec un tel énergumène, la plus banale des conversation devient en enfer !
Karibou s’associe à Lionel Richerand pour nous présenter un album décalé absolument hilarant de bêtises et d’humour noir .
 

Ange déchu, anciennement fils préféré de son Père, Lucifer vient d’être banni. Il obtient malgré tout la charge de peaufiner les derniers détails de l’Enfer puis d’y accueillir tout ce que l’humanité compte de pêcheurs. Perfectionniste, Lucifer souhaite que tout soit parfait. Seulement voilà qu’arrive le premier pensionnaire :  Caïn ! Le premier meurtrier de l’histoire est en avance et les plâtres et peintures ne sont pas encore totalement secs. Impossible donc de de le laisser divaguer comme une âme en peine. Lucifer décide donc de lui faire faire le tour du propriétaire. Au programme, rencontre avec les démons plus ou moins effrayants, débat philosophique avec les cavaliers de l’apocalypse ou visite de Pandémonium, la capitale politique et culturelle des Enfers. Mais avec un énergumène de la trempe de Caïn, une simple discussion sur les constellations se transforme rapidement en enfer…
 
Il faut être diablement culotté pour imaginer un ouvrage d’humour sur l’Enfer. A moins que de ne vouloir faire de l’humour noir. Peu importe d’ailleurs les motivations de Karibou car son histoire ne manque pas de mordant. C’est ainsi que l’album s’ouvre sur un enfer loin d’être terminé. Il faut dire que le premier pensionnaire est en avance. Rien n’est prêt ! Les plâtres et les peintures ne sont pas secs, la forêt morte est pleine de vitalité et même les démons ne savent pas comment réagir lorsque Caïn débarque : faut-il le fêter ou le damner ? Devant tant d’impréparation, Satan décide d’un traitement particulier. Plutôt que la torture liée à son fratricide, Satan, ou Baal, ou Roger ou Légion décide de lui faire faire le tour du propriétaire. Et entre les deux compères, le courant va finalement bien passer. Après tout, chacun d’eux a un rapport conflictuel au Père, une jalousie maladive du frère et un profond sentiment d’injustice. Et comme tous les deux ont largement besoin d’un psy,  ils vont le  trouver l’un chez l’autre. À travers les différents cercles de l’enfer, on suit la conversation entre ces deux zouaves. Si chaque page se clôt par sa propre chute, son propre gag, l’ensemble s’enchaîne plutôt bien. Attention, pas de grosse séance de rire en perspective mais plutôt un humour décalé, pour ne pas dire absurde. Pour le lecteur, c’est l’occasion d’une lecture diablement divertissante avec son côté irrévérencieux. Cela fait du bien car la facilité et la grossièreté ont passé leur chemin. C’est Lionel Richerand qui officie au dessin. Étrangement, le seul adjectif qui me vient à l’esprit est élégance ! Avouez que pour l’Enfer, c’est plutôt cocasse ! Avec un trait tout en finesse et en nervosité, nos deux anti-héros gagnent en charisme et en sympathie. Peu d’action mais le dynamisme reste un atout véritable. Et que dire de la mise en scène ? On aurait pu craindre une trop grande immobilité car, après tout, ce sont souvent deux individus qui discutent. Sauf que les diverses situations, les divers sujets et les diverses réactions apportent énormément de vie  (si j’ose dire !) à ces interminables palabres. Et pour ne pas s’arrêter en si bon chemin, le dessinateur de Mauvais sang nous livre toute une flopée de personnages secondaires parmi lesquels les démons ont une place à part. Nouvellement embauchés, ils ne maîtrisent pas encore complètement leur rôle et cela se voit car ils oscillent entre bêtise et aspect monstrueusement hilarant ! Le pire étant quand ils tentent de faire peur ! Il ne faudrait pas oublier le génial travail de colorisation dans des teintes rouges-roses qui collent la perfection à l’ambiance des lieux.
 
Si parmi vos bonnes résolutions de l’année, vous avez décidé de vous amuser, courez chez votre libraire, cet album est absolument mortel. (OK, elle était facile !)


Cédric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 4956

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Les Gastéropotes - Tout va trop ...
Voir la fiche produit
Les Gastéropotes - Florilège Bis
Voir la fiche produit
Plouf le chien
Voir la fiche produit
Le Village aérien
Voir la fiche produit
gil saint-andré tome 5
Acheter sur BD Fugue
Moyasimon tome 9
Acheter sur BD Fugue
captain Tsubasa - olive et Tom tome 20
Acheter sur BD Fugue
ersel
jolivet fernandez
Retourner en haut de page