0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article La gloire de mon père

La gloire de mon père

Acheter sur BD Fugue
Scénario : Serge Scotto et Eric Stoffel
Dessin : Morgann Tanco
Couleurs : Sandrine Cordurié
Editions : Grand Angle
 
 
Une belle adaptation du célébrissime roman autobiographique de Marcel Pagnol. Enfance, critique sociale et garrigue sont au rendez vous. Une belle réussite.

Ce jeudi 27 avril 1899, une mère laisse son fils aux bons soins de son mari, instituteur. C’est alors qu’on découvre que le petit Marcel a appris à lire, tout seul ! Preuve qu’une grande carrière littéraire lui est promise.


Quelques années plus tard, la famille s’est agrandie. Marcel a un petit frère, Paul, et une petite sœur, Germaine. Sa tante Rose a épousé « l’oncle Jules », en réalité prénommé Thomas, avec qui elle a eu un fils. Entre le maitre d’école laïcard et son beau frère bigot et amateur de bon vin, l’atmosphère est parfois houleuse mais leur amitié est plus forte  que leur rivalité.

C’est alors que les deux familles décident de vacances communes, dans la garrigue, à la Bastide Neuve, qui ne l’est plus depuis des années ! Les enfants découvrent  alors un monde enchanteur rempli de chant de cigales et de liberté. Néanmoins, une date est dans toutes les têtes, l’ouverture de la chasse. L’oncle Jules, fine gâchette, y entraine le pauvre Joseph, qui fait ses débuts. En cachette, Marcel les accompagne. Après s’être perdu, il retrouve les chasseurs au moment même où deux perdrix lui tombent sur la tête. Ce gibier constitue le graal de tous les chasseurs et l’oncle Jules invectivent un Joseph tout penaud d’avoir tiré, et rater, la proie. C’est le moment que choisit Marcel pour se montrer et démontrer l’adresse de son père. C’est deux bartavelles vont bientôt faire le tour du village et constituer La Gloire de mon Père.
 
La Gloire de mon père est la première partie des souvenirs d’enfance de Marcel Pagnol. Dans ce roman autobiographique, l’académicien revient sur ses origines : un grand père tailleur de pierre, un père instituteur anticlérical et une mère modeste couturière.  Loin d’être hypermnésique, Pagnol enjolive ses souvenirs, réécrit les paroles ; avec le talent qu’on lui connait et, au final, rend son œuvre universelle.

L’adapter au cinéma était une gageure et force est de reconnaitre qu’en 1990, Yves Roger s’en était parfaitement sorti. L’adapter en BD semblait plus simple mais il faut faire attention avec de tel chef d’œuvre.
Malgré mes doutes, le quatuor composé de Serge Scotto, Eric Stoffel (au scénario), Morgann Tanco (aux dessins) et Sandrine Cordurié pour la colorisation, s’en sort à merveille. Le rythme est fidele à l’ouvrage initial, les flashbacks s’intègrent bien et servent la narration principale. Les personnages conservent également leur personnalité propre.
Personnalités affirmées par le dessin de Morgann Tanco. Du premier coup d’œil, on voit la rivalité entre le père et l’oncle, on perçoit la complicité qui lie Marcel et son frère. Et que dire que paysages de garrigue ? Ils reflètent à la perfection, et la réalité, et les descriptions du maitre, le dessinateur de l’Ivresse des fantômes nous démontrant une nouvelle fois toute l’étendue de son talent.
 
Un album à lire pour découvrir ou redécouvrir l’univers de Marcel Pagnol.


Cédric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
1
avatar de guida44
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 3068

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Le bruit de la machine à ...
Voir la fiche produit
Planche originale Mon Père ce Poivrot
Voir la fiche produit
Topaze par Eric Hübsch avec BD
Voir la fiche produit
LE CIGALON dédicace couleur
Voir la fiche produit
arvandor tome 3 - karra helesh
Acheter sur BD Fugue
histoires de pilotes tome 2 - les premiers brevets tome 2
Acheter sur BD Fugue
Patrouille de France, l'épopée
Acheter sur BD Fugue
sobd
sobd SOBD
Retourner en haut de page