0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Le Lierre et l'araignée

Le Lierre et l'araignée

Acheter sur BD Fugue

Le Lierre et l'araignée


Scénario : Grégoire Carlé
Dessin : Grégoire Carlé
couleurs :
Grégoire Carlé
Éditions : dupuis / aire libre
 

   Avec "le lierre et l'araignée", Grégoire Carlé nous conte une histoire familiale. Un pan de l'histoire bien souvent oublié, narrant la guerre et la résistance en Alsace.
 


   L'histoire oscille entre deux vies, deux adolescences, celle de Grégoire Carlé qui sillonne les rivières aux côtés de son grand-père, taquinant la truite à l'aide de mouches qu'il a soigneusement confectionné et celle de Bernard son grand-père amputé de toute innocence lorsque la France fut frappée par la Seconde Guerre mondiale. Ici, l'histoire prend place sur le lit d'une rivière, l'eau est le fil conducteur ayant un rôle de mémoire. Été 1995 le jeune Grégoire Pêche sous le regard bienveillant de son grand-père, il porte en lui toute l'innocence d'un monde en paix, le temps lui appartient et il peut ainsi s'entraîner à la pêche à la mouche, participer à des concours et faire ses premières rencontres amoureuses. En parallèle, nous retrouvons Bernard son grand-père qui en pleine adolescence est touché par la guerre. 1er septembre 1939 en Alsace le tocsin retenti. Plus loin à l'est, Hitler vient d'envahir la Pologne sans même déclarer la guerre très vite les choses s'accélère, en réaction le gouvernement Daladier ordonne l'évacuation des civils coincés entre la ligne Maginot et la frontière. 210 000 Lorrains et 180 000 Alsaciens doivent boucler leurs valises et prendre la route du départ. Mais très vite, l'armée française est en déroute et les Alsaciens sont rapatriés chez eux, commence alors pour eux un long chemin de croix. En effet, la situation pour eux est complexe et douloureuse tiraillée entre la France et l'Allemagne. Une France qui ne les a jamais vraiment considérées comme des Français et une Allemagne désireuse de les rallier à sa cause. Les jeunes alsaciens sont invités à rejoindre la jeunesse hitlérienne et de participer à l'effort de guerre. Mais Bernard, le grand-père de Grégoire et ses amis ne sont pas de cet avis. Travaillant à l'usine de construction mécanique qui fournit l'armée allemande, ils passent le plus clair de leur temps libre au bord de la rivière à pêcher afin de se nourrir et de gagner quelques deniers. Un jour, alors qu'ils partent en exploration, il découvre un véritable Arsenal laissé par l'armée française dans un ancien assez fort de la ligne Maginot. Pour eux, il est hors de question de laisser cet attirail aux mains des Allemands. Très vite, ce groupe d'adolescents va s'organiser et former la résistance, sabotant les lignes électriques, repeignant les ponts en bleu blanc rouge ainsi que les boîtes aux lettres, distribuant des tracts antinazis et aidant les prisonniers de guerre français à s'évader des camps allemands. Ils vont former un groupe de résistance appelée "la feuille de lierre", et seront très vite imités pas un autre groupe appelé la "main noire". Deux groupes emblématiques dont l'activisme va monter crescendo jusqu'à être arrêtés et envoyés au camp de travail de Schirmeck. Un camp de rééducation où ils seront tabassés, violentés, et forcés à travailler avant d'être déportés vers la Russie.
   Avec "le lierre et l'araignée", Grégoire Carlé nous livre une histoire intime et familiale celle de son grand-père Bernard, qui avec quelques jeunes camarades tentera de résister au nazisme ayant pris possession de l'Alsace-Lorraine par la force.
   Une histoire qui fut longtemps un tabou familial et qui l'a poussé a mené des recherches à travers les livres d'histoire et les rencontres de survivants. Un travail à la fois universitaire et personnel d'une rigueur et d'une beauté étourdissante rendant hommage à cette jeunesse forte et courageuse qui a probablement sauvé la France. Avec cet ouvrage, il signe un devoir de mémoire et de transmission d'un pan de l'histoire trop peu souvent raconté. Il montre la violence et la dureté de cette époque faisant un parallèle avec la clémence de la nôtre. Côté graphisme l'auteur illustre à merveille les paysages et l'architecture, la rivière, les poissons qui la peuplent. Son trait fin et anguleux à la colorisation directe, faites de couleurs à l'aquarelle plutôt froides me laisse tout de même partager. En effet, c'est plutôt de bonnes factures, mais je reproche le fait que les personnages soient difficilement reconnaissables les laissant dans un certain flou qui les fait se confondre, rendant les actions de ces héros parfois impersonnels et les plongeant dans un anonymat relatif. Néanmoins, on a nulle difficulté à se laisser porter par son scénario des plus solides et on suit avec intérêt le quotidien troublé de cette jeunesse marquée par les traumatismes de la guerre. Avec cet album, il rend un bel hommage à ces adolescents Capable de former des réseaux et de résister à l'oppresseur. Un album à le fois intimiste et universel portant en lui la mémoire de ces héros du passé.

 

 



Sébastien
Chroniqueur
La Bande Du 9
 


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 5136

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Le Village aérien - édition Noir ...
Voir la fiche produit
La nuit du capricorne
Acheter sur BD Fugue
Philoctète et les femmes
Acheter sur BD Fugue
annonce boutique
espace pub Lejeune
Retourner en haut de page