0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Le monde des cancres 1.Sous l'école

Le monde des cancres 1.Sous l'école

Acheter sur BD Fugue
Le monde des cancres
1.Sous l’école
 
Scénario :  Nicolas BARY et Nina PHILLIPS
Dessin et couleurs : Justine CUNHA
Éditions : Dupuis
 
Amateur de dessins ou simplement solitaire, les élèves du collège Saint Joseph sortent mystérieusement métamorphosés : de cancres, il sont devenus d’excellents élèves. C’est ce pensionnat que les parents de Benjamin ont choisit pour leur fils. Mais le jeune homme a de la ressource…
Nouvelle série visant le public adolescent, Le monde des cancres est une magistrale entrée en matière et il va falloir surveiller ces élèves de près.
 

Fan de dessin, Benjamin passe ses heures de cours à faire des crobards. Au grand dam de ses professeurs et de ses parents. Inquiets pour son avenir, ces derniers décident d’inscrire leur fils en pension, au collège Saint-Joseph. Si, au bout de la première semaine, Benjamin s’est fait confisquer ses feutres, il ne s'est malgré tout fait remarquer ni par ses profs, ni par la directrice. Surtout, Benjamin s’est rapproché d’Aurélie Moreau, alias Aria, une élève qui squatte le fond de la salle. C’est elle qui lui sert de tuteur et qui l'encourage à ne pas gâcher son talent, à ne pas croire qu’il est "incapable". Alors lorsque Aria se dénonce à sa place, Benjamin décide d’en savoir plus. Le voilà donc devant la porte de la directrice, à regarder par le trou de la serrure. Et bien évidemment, Benjamin se fait attraper ! Afin de lui apprendre la politesse, la directrice l’envoie en retenue dans les sous-sols de l’école. Sur place, Benjamin découvre des couloirs interminables donnant sur d’innombrables salles dans lesquelles les élèves recopient des punitions, affublés d’un bonnet d’âne. Ce dernier, connecté, contraint son porteur à obéir. Mais Benjamin n’est pas au bout de ses surprises. Avec d’autres cancres, Charal, Yoriko et Bug, ils font le serment de mettre un terme à ce système...
 
« Tu ne veux pas lire des choses sérieuses plutôt que tes BD ? » Cette phrase, prononcée par mon père, il y a quelques années de cela, me revient en mémoire au moment  de lire, ce Monde des cancres. Non que je fusse mauvais élève, mais je privilégiais. Tintin et Spirou à Zola ou Balzac. Benjamin, le héros de cette histoire, est plus ou moins dans la même situation. Mais là où mes parents se sont contentés de remarques sur mes choix littéraires, ceux de Benjamin ont décidé de l’inscrire au collège Saint-Joseph, un pensionnat d’excellence réputé pour ses excellents résultats et sa discipline exemplaire. C’est à travers son expérience que l’on va découvrir les lieux et les protagonistes. Amateur de dessin, Benjamin se fait rapidement confisquer ses feutres. Il n’en faut pas plus pour que ces professeurs le cataloguent comme un "cancre". Heureusement, Benjamin est prudent et ses maîtres n’ont que peu de prises sur lui. Jusqu’au jour où Aria, la rebelle du fond de la classe, l’incite à poursuivre le dessin. Benjamin se lâche et c’est la révolution au sein de l’institution. Sauf qu’Aria se dénonce à la place. Suite à une deuxième injustice, Benjamin veut savoir et il se retrouve lui-même en heure de colle, dans les sous-sols de l’école. Débute alors une partie plus rock and roll ! Dans une salle de colle, il retrouve Charal, bonnet d’âne vissé sur la tête, puis la génie de l’informatique, Yoriko. Ensemble, ils vont devoir résoudre des problèmes de maths posés par des robots professeurs ou sortir d’un labyrinthe infernal. C’est donc une intrigue forte en rebondissements en tout genre où l’intelligence n’est pas toujours là où la pense et où tous les coups sont permis. Pour les jeunes lecteurs, c’est évidemment une lecture super agréable qui fait la peau à la pression des profs et des parents et qui regonfle l’estime de soi à bloc. Pour les parents, c’est un rajeunissement immédiat et une prise de conscience que leurs enfants ont tous du talent. Pour faire simple, c’est très bien construit, à la fois rapide et plutôt drôle et ce n’est pas sans laisser penser à une sorte de Harry Potter 2. 0. . Surtout, le trait de Justine Cunha, tout en numérique, est en parfaite adéquation. Les personnages sont d’une grande modernité et cela tranche avec le côté tradi de l’établissement, ou du moins sa partie visible. La dessinatrice de Dans les yeux de Lia conserve ce qui a fait son succès : chaque adolescent est facile à identifier et il est facile de s’identifier à chacun d’eux. La colorisation, et pas seulement celle des bas-fonds, se fait dans des teintes vives et sombres qui ne sont pas sans faire penser à un certain parc d’attractions totalement mortel.
 
Au final, Le monde des cancres est un excellent album ado qui saura ravir ces lecteurs exigeants par la justesse de son propos, son intrigue originale et bien construite et par sa mise en image ultra efficace.
 

Cédric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 5103

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Fynsterland T1
Voir la fiche produit
Prise d'otage en Aveyron
Voir la fiche produit
Le Village aérien
Voir la fiche produit
Dédicace sur feuille Canson A4
Voir la fiche produit
Jérôme K. Jérôme Bloche tome 20 - fin de contrat
Acheter sur BD Fugue
Un maillot pour l'Algérie - édition spéciale tome 1
Acheter sur BD Fugue
Le monde de franquin
Acheter sur BD Fugue
holgado
pastore corbettini
Retourner en haut de page