0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Les maîtres-saintiers T3 Bénie entre toutes les femmes, 1884

Les maîtres-saintiers T3 Bénie entre toutes les femmes, 1884

Scénario : LF Bollé
Dessins : Serge Fino
Couleurs : Zuzanna Zielinska
Editions : Glénat

 
 
70 ans se sont écoulés depuis l’assassinat de Marie Rochebrune. Le mystère entourant les cloches de Châtellerault semble avoir disparu pour toujours. Mais en 1884, David, l’arrière petit fils d’Etienne, est appelé à Paris pour une commande spéciale. Il y découvre l’amour et l’espionnage. Et il y a aussi ce fameux secret autour de la Vierge Marie qui réapparait. Ce troisième épisode est probablement le meilleur d’une excellente saga familiale.
 
 
Accablé de chagrin après la mort tragique de sa fille Marie, Étienne Rochebrune (qui est en réalité son frère jumeau François) meurt à moitié fou en 1822. C’est son fils François qui lui succède à la tête de la fonderie. Après lui, viendra Thomas, qui reprend l’affaire en 1856. Thomas a 5 enfants dont David, le dernier. C’est lui qui est envoyé à Paris en 1884 pour une mission très particulière. Le jeune homme a rendez-vous chez Bizot. Ce dernier participe à la célébration franco-américaine pour le centenaire de l’indépendance des États-Unis. En lien avec Bartholdi et sa Liberté éclairant le monde, Bizot réalise la plus grande cloche du monde. Un défi de taille que le jeune saintier accepte de relever. Au hasard d’une dispute dans le bureau du célèbre sculpteur, David tombe sur la photo d’une femme superbe. Émoustillé, il enquête sur son identité. Il s’agit d’une chanteuse russe répondant au nom de Nadia Fédoriskaya et qui monte sur scène tous les soirs au cabaret Moskova.

Dans le même temps, David est l’invité de son grand-oncle, Baptiste. Ce dernier lui livre les secrets de famille : l’usurpation de François, l’assassinat de Marie et surtout il lui confie le petit carnet du vrai François. Incapable de déchiffrer les inscriptions latines, David s’ouvre à son ami Lucien Morin. Ensemble, ils vont remonter la piste laissée sur les 40 cloches de Châtellerault. Mais qu’il s’agisse d’une chanteuse russe ou de la véritable mère du Christ, la vérité est parfois bien mystérieuse.
 
Laurent-Frédéric Bollée poursuit la saga familiale des Rochebrunes, maitres-saintier de père en fils. Après avoir posé l’intrigue dans les deux premiers albums, le scénariste nous fait faire un bon dans le temps. Oubliés les jumeaux maléfiques, on se retrouve trois générations plus tard. Le jeune David quitte la fonderie de Marcilly pour une mission spéciale à Paris : rien de moins que fondre la plus grande cloche du monde. C’est dans la capitale du romantisme qu’il tombe amoureux d’une intrigante chanteuse russe. Cette intrigue secondaire occupe une large partie de l’album. Si elle semble négligeable, elle a au moins le mérite de nous faire quelque peu oublier la quête sur la véritable identité de la mère du Christ. Quête qui revient comme un boomerang en fin d’album avec un rebondissement totalement inattendu et qui ouvre de belles perspectives pour l’album final.
Si on change d’époque, la justesse du train de Serge Fino reste identique et constitue toujours un atout de la saga. Le réalisme des décors, surtout Parisien, n’a d’égal que le charisme conféré aux personnages. Quant au choix des cadrages, ils font systématiquement mouche.

Ce troisième opus des maîtres-saintiers est donc davantage qu’un album de transition. Il possède à sa propre intrigue qui permet au dénouement d’approcher à grands pas. Vivement l’épilogue !


Cédric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 2897

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Brezza In vino veritas
Voir la fiche produit
Ganesha 5 steampunk
Voir la fiche produit
album Ariane Dabo 2 dédicacé
Voir la fiche produit
Sigurd et Vigdis T02
Voir la fiche produit
altair tome 1
Acheter sur BD Fugue
titeuf - coffret tome 1 à tome 6
Acheter sur BD Fugue
gilson
Tolden louis
Retourner en haut de page