0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Ma fille, mon enfant

Ma fille, mon enfant

Acheter sur BD Fugue
Ma fille, mon enfant
 
Scénario et dessins : David Ratte
Couleurs : Mateo Ratte et David Ratte
Éditions : Grand Angle
 
Lorsque Chloé annonce le prénom de son petit copain, le ciel s’effondre sur la tête de Catherine. Pour la mère quelque peu raciste sur les bords, hors de question que sa fille sorte avec un « arabe » ! Elle va donc tout faire pour cette idylle ne soit qu’une passade, au risque de voir sa fille s’éloigner d’elle.
David Ratte nous livre une réflexion sur l’amour parental teinté de racisme ordinaire. Une réflexion, comme toujours avec l’artiste, bourrée d’humour noir et avec des dialogues ultra corrosifs ! L'album indispensable de ce début d’année !
 

La journée s'annonce belle dans ce petit village de l'arrière-pays provençal mais lorsque Chloé annonce à sa mère qu'elle sort avec un garçon, les nuages commencent à s'amonceler. Quand, en plus,  elle ajoute qu'il s'appelle Abdelaziz, le temps vire clairement à l'orage. Car même si elle s’en défend, Catherine est raciste. Dès lors elle va tout faire pour que cet amour ne soit qu'une passade.  Elle espionne le petit copain, elle se renseigne sur ses parents blanchisseurs. Elle contrôle presque chaque minute de la vie privée et scolaire de sa fille. Mais rien n'y fait et voilà Catherine contrainte d'inviter les « futurs beaux-parents » au déjeuner dominical et familial. Le tout, bien évidemment, sous le regard mi-amusé mi-accusateur du voisinage. Ce repas, c'est l'occasion pour Catherine de faire passer les parents d’Abdelaziz à la question. Mais là encore, malgré leurs réponses très franchouillardes (ils sont originaires de Perpignan !), Catherine insiste. Ce qu'elle ne voit pas, c'est que ses relations avec Chloé sont de plus en plus distendues et lorsque, le soir de la Saint-Valentin, une dispute dégénère, la gifle claque et la rupture est consommée. Seulement voilà, un peu plus tard dans la soirée les deux jeunes ont un accident de la route. Sous le choc, Catherine sait qu'elle va devoir réagir ! Le pourra-t-elle ? Et Chloé sera telle prête à lui pardonner ?

Les relations conflictuelles entre les parents et leurs enfants, David Ratte semble s’en être fait une spécialité. Même si elles n'étaient pas au cœur de l'intrigue, elles y participaient dans le génial et hilarant Mamada. L'autre spécialité de l'artiste, c'est de semer du poil à gratter dans le dos de ses lecteurs, mais toujours sous couvert d'humour afin de les contraindre à une certaine introspection. Là encore, Le voyage des pères et Mamada ne font pas exception. Dans cet album, l'auteur s'intéresse à ce qu'il est convenu de nommer le « racisme ordinaire ». Vous allez me dire que le créneau est déjà pris par le cinéma et le duo Christian Clavier - Chantal Lauby. C'est alors mal connaître David Ratte. On s'éloigne donc de la comédie un peu lourde qui ne repose en guère que sur le comique de situation. Dans cet ouvrage, place plutôt comique de mots ! Les dialogues sont en effet dignes de la grande époque du Splendid ! Évidemment, le caractère, pour le moins volcanique de Catherine ainsi que son obstination viennent compléter un tableau d’humour pour le moins décapant ! Et puis arrive le bouleversement de l'album et de la vie des personnages ; sans que personne ne s'y attende. C'est un véritable coup de massue qui nous arrive en pleine figure et là ; terminé le rire ! Place à la réflexion qui demeure longtemps même après avoir refermé l'ouvrage : et moi qu’aurais-je fait ? comment aurais-je réagi à l’un ou l'autre instant de la vie de Catherine ? Ces questions sont d'autant plus personnalisables que ce petit village ; où les commérages vont bon train ; David Ratte le dessine comme n'importe quelle commune de France et de Navarre. Catherine, comme toute la famille, est assez quelconque. Mais attention quelconque ne veut pas dire fade pour autant. Le dessinateur réussissant à rendre extrêmement expressives les deux femmes dans la joie autant que dans la haine et la tristesse.

Avec ce Ma fille, mon enfant, David Ratte prouve une nouvelle fois ses talents hors pair de conteur, de contemplateur et d'agitateur de la société. Il nous fait rire, pleurer, réfléchir ; le tout en 95 pages ! Il nous explique, toujours avec humour, que l'amour est la chose la plus belle qui soit sur terre et qu’il ne faut jamais le gâcher. Et rien que pour ce message, cet ouvrage est un chef-d'œuvre !


Cédric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 3851

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Croquis-recherches
Voir la fiche produit
Les Gastéropotes se mettent au vert
Voir la fiche produit
Les Gastéropotes - Salades de Saisons
Voir la fiche produit
Les Gastéropotes - Au Ras des ...
Voir la fiche produit
Mamada tome 2 - tonitruante résidente
Acheter sur BD Fugue
Le voyage des pères tome 4 - Barrabas
Acheter sur BD Fugue
le voyage des pères - 2eme époque - l'exode selon Yona tome ...
Acheter sur BD Fugue
frasier
GREY frasier
Retourner en haut de page