0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Marco & Co - 1

Marco & Co - 1

Acheter sur BD Fugue
Marco & Co
Volume 1 – Adieu veaux, vaches, cochons


 
Scénario : Olivier Jouvray
Dessins : Sylvain Bec
Couleurs : Sylvain Bec
Éditions : Gallimard


 
 
Marco, un fils d’agriculteurs, rêve d’intégrer une école d’art à Paris après l’obtention de son baccalauréat. Face au manque de moyen de ses parents, sa grand-mère Cloco accepte de l’héberger chez elle et profite au passage pour rendre zinzin toute la famille. Un premier volume d’introduction et de découverte des personnages.
 




Marco est un fils d'agriculteurs mais il n'a pas envie de reprendre l'exploitation familiale. Dans l’étable et entre deux bottes de foin il préfère croquer le portrait de sa cousine et rêve d'intégrer une école d'art parisienne. Mais ses parents n'ont pas les moyens de lui financer plusieurs années d'études et payer un loyer à Paris. C'est là que rentre en scène "Cloclo", une grand-mère un peu folle, qui sous-couvert d'une attitude de vieille sorcière se retrouve très heureuse d'accueillir son petit-fils chez elle pour tromper sa solitude. Celle-ci s’amuse à jouer à fond la carte de la belle-mère que l’on veut fuir à tout prix et prend un réel plaisir à rendre fou cette famille qui l’est déjà. Le ton est d’ailleurs donné dès les premières pages : sans être vulgaire, le langage rappelle des saynètes familiales que l’on voit parfois à la télévision.  



Dans cet album les personnages sont volontairement clichés mais le lecteur s'y attache tout de suite notamment avec la grand-mère parisienne, le père paysan bourru et penaud à la fois, et la cousine un peu gothique. Dans premier volume l'histoire est centrée sur le thème de la famille sur le départ de Marco, entre les inquiétudes des parents et la découverte de cette grand-mère en apparence acariâtre mais très gentille et drôle. On s'amusera beaucoup avec elle, la voir jouer avec les nerfs de son beau-fils par téléphones interposés ou avec Marco quand il s’installe dans son grenier. Elle est directe et sans filtre, elle pourrait tenir à elle seule toute l'intrigue.  Mais même s'il s'agit d'une bande-dessinée humoristique, on aurait envie de rentrer (enfin) dans le vif du sujet avec les débuts de Marco dans son école de "dessin". Le seul écueil d'album se trouvera dans l'absence de cette fameuse école d'art que l'on découvre uniquement lors d'une journée porte ouverte et d'une rentrée. 

 


Les ficelles rappellent un peu La Famille Bélier où une jeune chanteuse, fille d’exploitants, part non sans difficultés à la capitale pour y intégrer la Maîtrise de Radio France. D’ailleurs le père de Marco ressemble beaucoup à François Damiens dans le film : grand, barbu et un peu bourru. Il est à peine esquissé comme les autres personnages mais les couleurs donnent à chaque page une ambiance particulière. On appréciera par exemple le lever de soleil sur la ferme ou la scène du petit-déjeuner dans le jardin sous les arbres fruitiers.
 
Un album tout public qui aura le mérite d’amuser le lecteur en attendant le début de la « vraie » histoire.


 
 

Philippe
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 3940

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Duprat
HALIFAX PASS VIP
Retourner en haut de page