0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Red Gun 1.La voie du sang

Red Gun 1.La voie du sang

Acheter sur BD Fugue
Red Gun
1. La voie du sang
 
Scénario : Jean Charles GAUDIN
Dessin : Guilia Francesca MASSAGLIA
Couleurs : FACIO
Éditions : Soleil

 
Sur l’immense chantier du Transcontinental, un serial killer sème des cadavres de femmes monstrueusement mutilées. Face à l’impuissance de ses hommes, le général Dodge rappelle un de ses anciens soldats, le légendaire Red Gun.
Mélange de western et de roman noir, ce premier épisode des aventures de Red Gun frappe un grand coup et on a très envie de découvrir la suite de ses péripéties !


 
 
1886, la guerre de Sécession est encore dans toutes les mémoires. Néanmoins, l’espoir d’union réapparaît grâce à l’immense chantier du Transcontinental, cette voie ferrée qui reliera la côte Est à la côte Ouest et dont les ouvriers sont innombrables. Tout comme les vautours qui rodent autour dans l’espoir de glaner quelques dollars dans n’importe quelle combine. Lorsque Casement, l’homme chargé d’assurer la sécurité du chantier, découvre un deuxième cadavre de femme monstrueusement mutilé, il en réfère aussitôt au responsable du chantier, le général Dodge. C’est lui qui fait appel à un chasseur de primes hors pair, ancien soldat sous ses ordres, le major Terence Nichols, surnommé Red gun. Fin limier, ce dernier se met immédiatement en chasse : il interroge la charmante voisine de chambrée de la victime, il se renseigne sur les agissements des proches des victimes mais face à la violence de Casement et à la pression des résultats, il va avoir fort à faire. D’autant que les suspects sont légion….
 
À la réception de ce Red Gun, je n’ai pu empêcher une pensée : « encore un western ! ». Il faut dire qu’après les succès de Undertaker et de GunMen of the west, les cowboys sont redevenus à la mode. Et puis je me suis intéressé à la couverture, son décor de wagons richement décoré, cette ombre malfaisante et ce cowboy au flingue écarlate, et je me suis dit après tout, pourquoi pas ? Le moins que l’on puisse dire, c’est que je suis particulièrement heureux d’avoir franchi le pas ! Pas de phase d’approche pour Jean-Charles Gaudin, le scénariste des Arcanes de midi à minuit nous met immédiatement face à la barbarie d’un féminicide particulièrement violent. Devant l’incapacité de ses hommes à identifier le double assassin, le directeur du chemin de fer, le général vétéran Dodge, décide de faire appel à un chasseur de primes et ancien soldat Red gun. Il ne faut que quelques vignettes pour se faire une idée du calibre de ce héros. Une fois sur place, il va mener une enquête à haut risque. Il va devoir subir la pression du général et des actionnaires du Transcontinental, gérer les ouvriers, faire avec les actes parfois pas très légaux du chef de la sécurité du chantier et composer avec la gente féminine. Mais ce qui hante le plus Terrence, ce sont les souvenirs de la guerre et, très rapidement, il est certain que le tueur en série a un lien cette boucherie. C’est donc un extraordinaire mélange que crée le scénariste : un récit sous haute tension parfaitement menée où chaque case apporte sa touche d’avancement, chaque flashback est très bien introduit et dont le lecteur n’a aucune chance de s’échapper. Il faut dire que cet excellent scénario est mis en image par une inconnue en France, qui frappe un grand coup pour son premier album, Guilia Francesca Massaglia. Afin de montrer les turpitudes qui hantent les personnages et les crimes, la dessinatrice italienne opte pour un trait très sombre. Les conditions de travail, l’élégance des personnages et la beauté des paysages ne manquent pas de réalisme, résultat indubitable d’un important travail de recherche. Les scènes d’action sont du même acabit : on sentirait presque le souffle du coup de poing, l’odeur de la balle et celle de la mort sortir des pendus. Le choix des cadrages est toujours juste et optimal, tout comme celui de la mise en page qui renforce le dynamisme. Il ne faudrait pas oublier la gente féminine, aussi fatale que ravissante. Notez finalement que la dessinatrice nous fait l'honneur d'être la seule plate forme à proposer des dédicaces sur ce petit bijou.
 
Avec cet album mi western, mi roman noir, les auteurs frappent un grand coup. Quant à nous, lecteurs, une seule envie nous assaille ; découvrir la suite des aventures de Red Gun ?


Cédric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 5136

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Planche BD Les aventuriers de l'Urraca
Voir la fiche produit
Un drame en Livonie
Voir la fiche produit
Chroniques Américaines T01 et T02
Voir la fiche produit
Fynsterland T1
Voir la fiche produit
dead life tome 2 - les ténèbres de Galdercross
Acheter sur BD Fugue
rahan - intégrale tome 18
Acheter sur BD Fugue
rahan - intégrale tome 17
Acheter sur BD Fugue
annonce boutique
espace pub Lejeune
Retourner en haut de page