0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Sherlock Holmes et les mystères de Londres 2.Le retour de Spring-heeled Jack

Sherlock Holmes et les mystères de Londres 2.Le retour de Spring-heeled Jack

Acheter sur BD Fugue
Sherlock Holmes et les mystères de Londres
2. Le retour de Spring-Heeled Jack
 
Scénario : Jean Pierre Pécau
Dessin : Michel Suro
Couleurs : Scarlett
Éditions : Soleil

 
Les londoniens sont toujours terrorisés : Jack Talon-à-ressort continue de massacrer des jeunes filles et aucun quartier n’est épargné. Heureusement, Sherlock Holmes, toujours affublé du docteur Watson et de l’anarchiste parisien Fénéon, est sur sa piste.
Pari réussi pour Jean Pierre Pécau et Michel Suro qui redonnent vie à un Sherlock Holmes plus vrai que nature mais avec un petit je-ne-sais-quoi de modernité.
 

Londres vit toujours dans la terreur, bouleversée par les meurtres de jeunes filles retrouvées monstrueusement mutilées et rejetées sur les rives de la Tamise affublées d’un masque tribal. La pression monte dans les quartiers populaires et Scotland Yard semble incapable de résoudre cette enquête. Il faut dire que même Sherlock Holmes s’y casse les dents ! Heureusement, la jolie Rosie, prostituée de son état, a vu quelque chose : elle raconte comment un fiacre a emmené une fillette. C’est l'élément qui manquait au détective consultant pour remettre le pied à l'étrier. Accompagné de son fidèle Watson et de l’anarchiste parisien Fénéon, Holmes resserre l’étau sur un passé que le docteur aurait préféré oublier : la guerre d’Afghanistan. Il faut même le soutien de Mycroft pour qu'enfin la vérité éclate et que justice soit faite, non sans une certaine violence…
 
Bien avant Hercule Poirot et Miss Marple, la littérature anglaise avait accouché d'un enquéteur hors pair qui a su traverser les époques : Sherlock Holmes. Après les multiples adaptations à la télévision et au cinéma, c’est la bande dessinée qui s’y intéresse dernièrement avec une nouvelle série Sherlock Holmes et les mystères de Londres, fonctionnant en diptyque. Nous voici donc en face de l’épilogue de cette première aventure signée Jean-Pierre Pécau. Mais n’est pas Conan Doyle qui veut ! Il existe plusieurs solutions pour s’approprier un personnage de la stature de Holmes et le scénariste privilégie le plus complexe : imaginer de nouvelles enquêtes sans changer quoi que ce soit ! Les amateurs risquent de crier au scandale alors même que rarement Sherlock Holmes aura été aussi fidèle à l’original. Tout y passe : la réflexion, bien sûr, mais aussi les déguisements et de l'utilisation d'expériences scientifiques. Même son frère Mycroft est de la partie ! Entendons-nous bien, j’ai parfaitement conscience de reprocher à Jean-Pierre Pécau de trop chercher à coller à l’original, de trop faire du Conan Doyle sachant pertinemment que c’est ce que le public réclame, souvent, et qu'en fin de compte le récit est totalement crédible. Le scénariste se fond dans le moule de l'auteur anglais et la découverte de cette intrigue est plaisante et agréable. On découvre quelques nouveaux personnages : après l'anarchiste parisien Fénéon, c'est au tour de la prostituée Rosie d’occuper beaucoup de place. Et ce n’est pas pour déranger le docteur Watson ! L’intrigue avance à un rythme assez soutenu mais qui laisse toujours le temps au lecteur de s'approprier les révélations. Le seul problème vient des noms de quelques personnages absents mais dont le rôle est important. On se consolera avec le style toujours aussi affûté de Michel Suro qui rend chaque personnage identifiable au premier coup d'œil. Lui aussi a relu les textes originaux et il fait coller à merveille les deux compères aux descriptions de Conan Doyle. Les autres personnages ne sont pas en reste avec beaucoup d’expressivité, même lorsqu’ils se retrouvent en arrière-plan. Et puis une aventure de Sherlock Holmes ne serait rien sans son cadre préféré. Le Londres de la fin du XIXe siècle nous apparaît dans toute sa dualité : l’aspect feutré et raffiné des clubs répondant à l’insalubrité des quartiers populaires. Le tout est nettoyé par les eaux sombres de la Tamise. A l’exception des odeurs de pipe, on s’y croirait. Preuve d’un important travail de recherche. Pour finir, la colorisation de Scarlett dans des teintes délavées, renvoie à merveille à cette ambiance industriel de la fin du XIXe siècle. Seul le visage de Jack-Talons-à-ressort tranche et apporte une touche fantastique extrêmement bienvenue. Seul petit bémol, l’absence de colorisation particulière qui aiderait à identifier les flashbacks.
 
Au final, le pari de Jean Pierre Pécau et Michel Suro est plutôt réussi ! Ce Sherlock Holmes plus vrai que nature devrait mettre tout le monde d’accord avec ses petites habitudes et une tonalité plus moderne.


Cédric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 5136

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Fynsterland T1
Voir la fiche produit
Le château des Carpathes
Voir la fiche produit
Chroniques Américaines Version normale Tome 2
Voir la fiche produit
Planche BD Les aventuriers de l'Urraca
Voir la fiche produit
l'histoire secrète - coffret tome 1 à tome 7
Acheter sur BD Fugue
trolls de troy tome 12 - sang famille
Acheter sur BD Fugue
Orks tome 1 - la voix des armes
Acheter sur BD Fugue
annonce boutique
espace pub Lejeune
Retourner en haut de page