0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Jour J Tome 28 L'aigle et le cobra

Jour J Tome 28 L'aigle et le cobra

Scénario : Fred Duval et Jean Pierre Pécau
Dessins et couleurs : Fafner
Edition : Delcourt

 
 
En 50 avant notre ère, l’armée de Marc Antoine et de Cléopâtre menace Rome. La cité envoie Brutus convaincre César  d’aller négocier avec les envahisseurs. Conscient que Rome est aux mains de Pompée, son éternel rival, César accepte tout en sachant que va devoir affronter de multiples manipulations et trahisons.
Une uchronie comme on les aime, mélange d’espionnage et de scènes d’action, d’amour et de trahison, pleine de personnages haut en couleur et rythmée à souhait.
 
En 50 avant JC, un jeune homme traverse le Latium, escorté de deux légionnaires. C’est Brutus qui va visiter son père adoptif, Jules César. Ce dernier, aveugle depuis la bataille de Syracuse contre Spartacus (voir tome 23, La république des esclaves), vit loin de la politique romaine. Mais s’il a perdu la vue, l’ancien général n’a rien perdu de son ouïe. Il a entendu parler de ce jeune Marc Antoine, de ses campagnes victorieuses en Gaule, en Palestine et en Égypte. S'il ne peut la voir, il a également entendu parler de Cléopâtre, reine d’Égypte et épouse de Marc Antoine. Brutus est porteur d’une requête de la part du Sénat. L’assemblée souhaite que César aille à la rencontre de son ancien officier qui menace Rome de son armée. Brutus trouve les mots pour convaincre son père d’accepter une telle mission. De retour à Rome, César retrouve avec plaisir les odeurs et des bruits familiers. Il renoue surtout avec sa nièce Atia et son fils Octave. Le garçon le met en garde contre Brutus qu’il soupçonne de vouloir trahir son père autant que la République. N’y prêtant garde, César accepte la mission et part à la rencontre de Marc-Antoine et de Cléopâtre, ne voyant pas, qu’inéluctablement, le piège se referme sur eux.
 
La série uchronique Jour J, poursuit son évocation de l’Antiquité à travers les péplums. Même si cela ne saute pas aux yeux, cet album s’inscrit dans la continuité du tome 23, La République des esclaves. Preuve que chaque événement, chaque décision a une conséquence sur le futur, César, rendu aveugle après la bataille de Syracuse s’est retiré de la vie politique romaine. Il a ainsi laissé les coudées franches à Pompée, son éternel rival. Mais César est un fidèle allié de la République et le consulat unique de Pompée ressemble de plus en plus à une tyrannie. Une fois de plus, Fred Duval et Jean-Pierre Pécau réussissent le tour de force de rendre la géopolitique romaine accessible au plus grand nombre. Le duo de scénaristes s’amuse à réécrire l’histoire en partant événement marquant. En effet la rivalité entre César et Pompée est légendaire. Pour ce qui est la trahison de Brutus, Gosciny l’a évoquée maintes et maintes fois.

Puisque l’album est la suite du tome 23, c’est de nouveau Fafner qui assure le dessin. Sans surprise, les points forts et les faiblesses sont identiques. On retrouve toujours des personnages dans des positions statiques assez improbables et on regrette l’absence d’un véritable nez à la belle Cléopâtre. Concernant la reine des reines, c’est bien la seule critique que l’on peut formuler car sa plastique justifie amplement son titre. Autre point fort, les scènes d’action. Oubliées les grandes batailles de l’épisode précédent, les scènes les plus spectaculaires sont celles qui se déroulent au Circus Maximus. L’affrontement entre les éléphants et les esclaves Gétules sert de hors d’œuvre à la magnifique course de chevaux. On a véritablement l’impression que les équidés vont sortir de la page et se ruer sur nous. Spectaculaire ! Alors oui, à certains moments, on se perd dans le déroulement de l’histoire mais c’est très rapidement oublié et on redécouvre alors, avec un immense plaisir, l’univers de Cléopâtre.
 
Une nouvelle fois, la série Jour J renoue avec le péplum. Une nouvelle fois, elle s’intéresse à un personnage majeur de l’Antiquité. Une nouvelle fois, c’est particulièrement réussie et cela constitue une parfaite Introduction au visionnage de Cléopâtre de Mankiewicz avec la sublime Elizabeth Taylor. Taylor
 

Cédric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
1
avatar de guida44
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 2380

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Brumes sanglantes
Voir la fiche produit
Brezza Les sirènes du Gogoswing
Voir la fiche produit
bijou collector - la lance opale ...
Voir la fiche produit
Brezza In vino veritas
Voir la fiche produit
aquablue tome 10 - le baiser d?arakh
Acheter sur BD Fugue
La rose écarlate tome 4 - j'irai voir Venise
Acheter sur BD Fugue
cuneo
WE DE LA BD INDEPENDANTE 2018 carette
Retourner en haut de page