0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article De Cape et de Crocs T12 Si ce n’est toi…

De Cape et de Crocs T12 Si ce n’est toi…

Scénario : Alain Ayroles
Dessin et couleur : Jean-Luc Masbou
Lettrage : Jean-Marc Mayer
 
 
Fin non pas d’une, mais de deux aventures : celle du petit Eusèbe et celle de l’immense série De Capes et de Crocs qui est devenue une référence absolue dans le monde de la BD. Savourons donc ce dernier acte avant que le rideau ne tombe.
 


Eusèbe est amené devant son frère Fulgence, le roi de la cour des Miracles de Paris. Ce dernier, beaucoup plus roublard, n’hésite pas à utiliser leur ressemblance et les connaissances d’Eusèbe dans les hautes sphères pour commettre quelques méfaits. Il sera ainsi impliqué (et impliquera son frère par la même occasion) dans les complots des ministres Colvert et Souchet pour se débarrasser de leur rival, le grand Veneur. De son côté, le tueur Fagotin, persuadé qu’Eusèbe a rompu sa promesse de ne pas rejouer sur scène le cherche pour le tuer. Notre pauvre lapin aura donc fort à faire pour prouver son innocence, se dépêtrer de ses ennuis et ne pas finir, je dis ça au hasard, aux galères. Heureusement il pourra compter sur l’aide d’un mousquetaire gascon plein de panache (non pas celui auquel vous pensez… quoique…), d’une geôlière un peu trop gentille pour sa branche d’activité et d’une fidèle Précieuse…
 


Autant vous le dire tout de suite, De Cape et de Crocs étant ma série BD préférée, j’aurais du mal à être totalement objectif.
Le diptyque sur Eusèbe (tomes 11 et 12) vient conclure la série tout en se situant juste avant son commencement. Il apporte une explication à une blague récurrente de la série, à savoir comment un aussi mignon petit lapin a-t-il bien pu se retrouver condamné aux galères. Comme les circonstances n’ont jamais permis au pauvre Eusèbe de finir son récit malgré toute sa bonne volonté, les auteurs s’en chargent pour lui dans cet émouvant épilogue. Évidemment, cette aventure a du mal à tenir la comparaison avec les meilleurs albums de la série. Difficile de se montrer à la hauteur quand il manque autant de nos personnages préférés, que les enjeux sont moins élevés (littéralement) et les décors moins exotiques. Mais je ne pense pas que les auteurs ont voulu faire dans la surenchère après la fin très réussie de l’histoire principale. Ils ont voulu se faire plaisir, et nous faire plaisir, en racontant une petite histoire bourrée d’humour, de références littéraires et historiques et de clins d’œil à la série, notamment au premier tome.
Et de ce point de vue, c’est très réussi. Le scénario est riche, les personnages marquants, les dialogues ciselés. On s’amuse beaucoup à découvrir un univers familier (celui de De Cape et de Crocs bien sûr, mais aussi celui bien connu des romans historiques de cape et d’épée tel les Trois Mousquetaires…) mais qui nous est dépeint sous un nouveau jour. Le dessin de Jean-Luc Masbou est toujours aussi bon, les rues de Paris prennent vie sous nos yeux, les nouveaux personnages (en particulier le sinistre Fagotin et les hilarants Colvert et Souchet) sont une heureuse addition au bestiaire de la série. C’est donc avec un petit pincement au cœur mais avec une reconnaissance sincère que nous disons adieux à cette excellente série, qui, plus que tout autre depuis 20 ans, s’est érigée en monument incontournable du 9e art.
Et dire que j’ai eu du mal à commencer la série car je n’aimais pas les personnages animaliers, mais ça c’était avant…


Christophe
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 2539

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Dédicace Le Malvoulant Noir et Blanc ...
Voir la fiche produit
Le Village aérien
Voir la fiche produit
Fanzine Gran Gaudi 01
Voir la fiche produit
Les Poêleurs - Pile Poêle ...
Voir la fiche produit
l'appel de l'espace
Acheter sur BD Fugue
le clan des chimères tome 6 - oubli (édition 2011)
Acheter sur BD Fugue
surplus universalis
Acheter sur BD Fugue
MAFFRE
chabane regnauld
Retourner en haut de page