0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Isadora

Isadora

Scenario : Julie Birmant
Dessins : Clément Oubrerie
Couleurs : Clément Oubrerie et Nicolas Begue
Editions : Dargaud
 
 
Isadora Duncan est une énigme. Comment cette américaine de 20 ans sans un sou en poche a-t-elle réussi à conquérir la terre entière avec ses danses simples d'inspiration hellénique?  
Après Picasso, Julie Birmant et Clément Oubrerie nous dresse un joli portrait de la créatrice de la danse contemporaine.
 
1922, sur le tarmac de l’aéroport de Berlin, c’est l’effervescence ! La célèbre Isadora Duncan est de retour dans le pays de Goethe. Elle n’arrive pas seule puisqu’elle profite de ce voyage pour présenter son jeune époux : le poète soviétique Serge Essenine, de 18 ans son cadet. Lors d’une lecture publique, les penchants alcooliques et violents du jeune homme le conduisent au poste de police. Plus tard, à l’invitation d’un autre poète, Gorki, Essenine déclame les vers de la chanson de la chienne, faisant plonger Isadora dans ses souvenirs.
Retour donc en 1899, la jeune Isadora quitte la Californie à bord d’un cargo à bestiaux. Après une expérience malheureuse à New York, elle tente une nouvelle aventure sur le Vieux Continent. Sans le sou, la famille dort à la belle étoile, visite British Museum puis part tenter sa chance à Paris où Isadora fait la rencontre de Rodin et de Loïe Fuller. La célèbre chorégraphe la prend sous son aile et la lance seule sur une scène berlinoise où son style naturel explose. S’ensuit alors une carrière où les succès s’enchaînent aussi rapidement que les revers, jusqu’à ce qu’une écharpe un peu longue…
 
Même si cela n’est à aucun moment clairement affirmer, il semble qu’Isadora soit la suite de Il était une fois dans l’Est. Mais attention, une suite à la Georges Lukas, une suite qui se déroule avant. En effet, ce prologue présente la vie de la talentueuse Isadora Duncan ; avant sa rencontre et sa liaison tumultueuse avec Serge Essenine. Le duo d’auteurs, connu également pour Pablo (Picasso), réalise une biographie de celles que certaines présentent comme la pionnière de la danse contemporaine européenne. Julie Birmant réalise un scénario solide où chaque chapitre correspond à un acte, un épisode marquant de la vie de la star. En revanche, on comprend difficilement certains sauts chronologiques : certains passages renvoyant davantage au premier opus telle la scène de la mort des enfants. Néanmoins cela n’altère en rien l’exposition de la vie professionnelle d’Isadora. Et de rencontres en représentations, on comprend mieux ce qui poussait ses contemporains à venir la voir sur scène. On le comprend d’autant plus facilement que le dessin semi-réaliste de Clément Oubrerie est au diapason du scénario. Le trait dynamique sert à merveille la danse tout autant que les sculptures antiques du British Museum ou celles de Rodin. L’ensemble est joliment rehaussé par une mise en couleur à l’aquarelle principalement dans des tons de rouge et de brun.
 
On l’aura donc compris, Isadora est un joli album sur une pionnière, une magnifique chorégraphie pour cette danseuse hors-normes.


Cédric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
1
avatar de guida44
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 3543

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Le Vieux Docteur A T Still ...
Voir la fiche produit
Le bruit de la machine à ...
Voir la fiche produit
murena tome 7 - vie des feux
Acheter sur BD Fugue
Le scorpion tome 1 - La marque du diable (éd. 2003)
Acheter sur BD Fugue
Crs = détresse tome 9 - battu en neige
Acheter sur BD Fugue
tanco
stern T04 Appréhendez la bande desinnée autrement
Retourner en haut de page