0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article LIBER PATER

LIBER PATER

Acheter sur BD Fugue
LIBER PATER
Le goût du vin retrouvé

 
Scénario : Corbeyran
Dessin et couleurs : Horne
Editeur : Glénat
 
Dans le Bordelais, un vigneron formé sur le tard et habité par une passion débordante décide de redonner vie aux « vins de lieux » malgré les nombreux obstacles. Parfois critiqués voire menacés, il nous explique son parcours et son combat pour recréer et défendre son terroir… Un témoignage sincère et très intéressant pour les amoureux des vins et pour tous les curieux !
 


En 2012, Loïc Pasquet s’installe à Landiras. Passionné de vin depuis sa tendre enfance (Son grand-père produisait son propre vin et il a lui-même commencé à se créer une cave à l’âge de 11 ans !), il a décidé de devenir vigneron après un parcours atypique : lycée technique, prépa en post-bac puis négociant en vin…
 

Mais pour lui, hors de question de produire un vin comme celui de ses contemporains qu’il considère comme aseptisé. Son but ? Produire un vin qui retrouverait le goût originel et lui permettrait de redonner à ce breuvage des dieux (Liber Pater fait référence au dieu du vin) la saveur des vins fins de Bordeaux tels qu’ils étaient au moment du Classement Officiel de 1855, avant l’épidémie de Phylloxera.

Il s’interroge alors sur le terroir, les cépages, la taille, la hauteur de l’herbe entre les vignes (oui, oui !), l’utilisation de la mûle, les densités de plantation … Ses choix sont presque systématiquement à l’opposé de ce qui se fait habituellement dans le bordelais ce qui lui vaut quelques problèmes avec les instances officielles comme l’INAO qui lui reproche de ne pas respecter le cahier des charges de ce terroir !
 


Mais Loïc Pasquet et sa femme, ne lâchent rien et le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils ont bien fait car mise en vente à 80 euros, leur premier millésime atteint ensuite les 3000 euros. Aujourd’hui encore, il est considéré comme un vin de légende et chaque millésime dépasse aisément les milliers d’euros !

Quand on parle de BD sur le vin, les amateurs de BD pensent forcément à Etienne Davodeau et à sa célèbre BD Les ignorants. Dans un style totalement différent, Corbeyran, grâce à son scénario, nous permet de découvrir un homme passionné par son métier et qui défend ses choix avec conviction (rejet de l’industrialisation, pas d’utilisation d’engrais chimique, utilisation d’anciens cépages…) malgré les attaques et les pressions qu’il subit. Ce roman graphique nous permet de découvrir un monde souvent réservé aux initiés et donc de démocratiser même si l’on n’aura sûrement pas la chance de gouter un tel millésime…

Au dessin, Horne, utile des couleurs rappelant le vin et le résultat graphique est vraiment agréable.

Une œuvre originale à déguster sans modération !
 

François
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 5055

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Le Vieux Docteur A T Still ...
Voir la fiche produit
Hôtel GRUNDSTONE
Voir la fiche produit
Robur le conquérant
Voir la fiche produit
Le bruit de la machine à ...
Voir la fiche produit
Les chemins de malefosse intégrale tome 5
Acheter sur BD Fugue
sanctum tome 1
Acheter sur BD Fugue
parasite tome 8
Acheter sur BD Fugue
annonce boutique
secher Appréhendez la bande desinnée autrement
Retourner en haut de page