0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Lightfall tome 2

Lightfall tome 2

Acheter sur BD Fugue

Lightfall

tome 2 : L'ombre de l'oiseau


Scénario : Tim Probert
Dessin : Tim Probert
Couleurs : Tim Probert
Éditions : Gallimard



Le premier tome de Lightfall m'avait totalement transporté, tant par son scénario que par ses qualités graphiques. Un an après sa sortie, Tim Probert revient nous conter l'histoire de Béa et de Cad le Galdurien et nous replonge dans cet univers séduisant et singulier pour notre plus grand plaisir confirmant ainsi ses talents de conteur. Une véritable réussite que je vous invite à lire au plus vite.

 


L'histoire reprend là où le tome 1 nous avait laissées. Béa vient de se réveiller à l'abri dans un village Arsaï. Absorbées par ses pensées, nous revivons à ses côtés un souvenir de son enfance. Dans ce souvenir, elle est au côté de son grand-père, c'est l'heure du coucher et elle redemande une fois de plus que ce dernier lui conte l'histoire de l'oiseau et du soleil. Mais très vite, Cad la ramène à la réalité. Souvenez-vous, à l'issue du premier tome, Béa avait perdu la dernière Flamme dont elle était responsable, volée par le Destructeur de Soleil. Pour eux, rien ne se passe comme prévu. Les chevaliers à plume lui ont dérobé sa fiole et pour couronner le tout, ils ne savent toujours pas où est passé grand-pa. Leur sauveur rencontré sur Lealand les conduits au sommet d'un os d'Irpa afin de rencontrer un vieil oracle. Ce dernier leur révèle que c'est le grand-père de Béa qui a pansé leurs blessures et que chose faite, il est reparti à Lealand pour prévenir la Mara et faire évacuer la ville avant l'arrivée de Kest. Encore une occasion manquée de se retrouver.  Malgré tout, avant de partir, il leur a laissé un message et une mission : achever sa quête. En effet, il leur confie la tache de retrouver Lorgon, le seigneur des eaux qui se trouve au bout de la Rivière Perdue et de lui demander son aide. Parviendront-ils à mener cette mission a bien, retrouveront-ils la trace du cochon-sorcier ? Une chose est sûre, l'avenir d'Irpa est désormais entre leurs mains...

Tim Probert dans ce second volet continu adroitement son récit épique. Ici, les personnages et l'univers qu'il a créé s'étoffent, prenant de plus en plus de place dans notre cœur. Quel plaisir de parcourir cette formidable aventure à leur côté. On voit Béa mûrir, et commencer à affronter son anxiété maladive avec davantage de conviction ce qui l'aidera grandement à aller de l'avant et ainsi à découvrir les mystères auréolant leur ennemi.
Le récit devient plus sombre, plus noir tant du point de vue scénaristique que graphique. On y fait de belles découvertes répondant à nos questions et faisant avancer l'histoire, tout en nous rappelant que dans la vie rien n'est jamais tout blanc ou tout noir !
Côté graphique, comme dans le tome précédant, c'est tout simplement merveilleux, l'auteur parvient littéralement à nous plonger dans son univers féerique et merveilleux, nous offrant de magnifiques pleines pages s'ouvrant sur de vastes paysages aux décors intrigant, et même parfois inquiétant.

Une série au rythme trépidant qui happe le lecteur, au point de ne pouvoir poser ce gros volume de 250 pages qu'une fois achevé, mettant en avant de belle valeur tel que le courage, l'amitié et le dépassement de soi. Une véritable réussite à la hauteur de nos attentes. Une série à mettre entre toutes les mains et dont il me tarde vraiment d'en connaître le dénouement. Vivement la suite.
 


Sébastien
Chroniqueur
La Bande Du 9
 


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 4965

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Le Village aérien - édition Noir ...
Voir la fiche produit
Retour vers le futur
Voir la fiche produit
Fynsterland T1
Voir la fiche produit
Perdus dans les couloirs du temps
Voir la fiche produit
Journal de merde
Acheter sur BD Fugue
Le rouge vous va si bien
Acheter sur BD Fugue
Aya de Yopougon ambiance le cinéma !
Acheter sur BD Fugue
ersel
zanon fernandez
Retourner en haut de page