0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Machines de guerre

Machines de guerre

Acheter sur BD Fugue
MACHINES DE GUERRE
LE LOUPS GRIS

Scénario : Jean Pierre PECAU
Dessin : Senad MAVRIC
Editions : DELCOURT


 
En 1947, la lutte se poursuit entre les Russes et les Allemands qui utilisent maintenant un monstre d’acier de plus de 188 tonnes. Réalité ou légende, le lieutenant Ivana va jouer au chat et à la souris pour réduire à néant ce char qui fait tant de mal.
 


Prusse orientale 1947. Des tanks aux couleurs de l’étoile rouge traversent des champs de blé. Dans une tranchée, des fascistes les attendent de pied ferme, mitraillette à l’épaule. Mais dès les premiers coups de canon, les hommes sortent de leur trou pour aller se réfugier dans la forêt. A la lisière de cette dernière se cache un énorme monstre d’acier. En quelques coups, son canon va mettre à mal les quatre chars adverses. Le sol n’est plus que désolation. Parmi les chars encore fumants, les Russes vont pouvoir sauver une jeune femme lieutenant qui sera la seule rescapée et témoin de ce combat. L’affaire ne peut pas en rester là. Une fois rétablie, le lieutenant Ivana sous couvert de sa hiérarchie va tout mettre en œuvre pour détruire ce monstre d’acier qui continue à sévir dans la région.
 
Machines de Guerre - Le Loup Gris de Senad Mavric, Jean-Pierre PÉcau, Jean  Verney - Album | Editions Delcourt

 
Pure histoire de fiction, puisque les auteurs positionnent leur histoire en 1947 face à une Allemagne qui n’a pas encore capitulé et qui utilise les chars Panzerkampfwagen VIII Maus pour empêcher l’avancement des troupes russes. Le récit est construit autour de la vision russe, on aurait pu s’attendre à une vision allemande compte tenu que c’est le char la vedette. Mais à bien réfléchir, la position de Jean Pierre Pécau n’est pas anodine car le « loup gris » n’a été conçu qu’en quelques exemplaires, il n’a pas joué de rôle majeur durant la guerre compte tenu de sa création tardive. Ce char reste donc une vraie énigme pour l’ennemi, la vision russe devient logique et ces derniers par l’intermédiaire d’Ivana vont jouer au chat à la souris durant tout l’album.
Graphiquement, Senad Mavric assure correctement le travail, il sait mettre de l’action et du rythme où il y en a besoin ainsi que des éléments graphiquement détaillés et appréciables notamment dans les scènes de ville.
Un bel album qui malgré son caractère de fiction peut rejoindre sans souci les machines de guerre.
 

Eric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 5103

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

corbettini
pastore massaglia
Retourner en haut de page