0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article MANGEZ-LE SI VOUS VOULEZ

MANGEZ-LE SI VOUS VOULEZ

Acheter sur BD Fugue

Mangez-le si vous voulez

 

Scénario, dessin, couleurs : Dominique GELLI
Éditions : Delcourt

 

C'est l'histoire d'un atroce fait divers survenu en France à la fin du XIXème siècle qui a mis en lumière l'hystérie collective dans un paisible village en Dordogne.

 

 

Cette bande-dessinée, adaptée du roman de Jean TEULÉ, retrace chronologiquement le drame de la folie collective qui s'est joué à Hautefaye un jour d'août 1870 alors que la France est engagée dans une guerre contre la Prusse.
Un notable local Alain de MONÉYS estimé de tout un chacun, se rend à la foire du village voisin et y retrouve ses nombreuses connaissances qu'il ne rechigne pas à aider matériellement comme financièrement. C'est d'ailleurs pour cela qu'il y est allé, car devant partir une semaine après pour la guerre franco-prussienne, il veut tout régler avant son départ et cherche à acheter notamment une bête pour aider une famille de paysans. Or, à l'occasion de la lecture d'un article de presse aux villageois analphabètes faisant part des échecs essuyés par l'armée française, l'absence de discernement et la rage accumulée s'emparent de villageois. Ils cherchent d'abord à s'en prendre au lecteur de mauvaises nouvelles, le cousin d'Alain de MONÉYS, en l'accusant de traîtrise à son pays. Le nouveau premier adjoint de Beaussac a alors le tort de prendre la défense de son cousin et va devenir un bouc émissaire, qui, au contraire de l'Antiquité, ne va pas expier les péchés de la cité mais au contraire les concentrer. Les sévices se multiplient à son encontre révélant la fantaisie meurtrière des masses, et Alain de MONÉYS est littéralement lynché malgré les tentatives de secours menées par quelques villageois encore lucides.
 

L’œuvre romanesque de Jean TEULÉ séduit à nouveau le monde de la bande-dessinée, mais si GELLI s'est inspiré du roman de 2009 et fait montre çà et là d'humour noir, il n'en a pas repris le style truculent, et on est plus saisi d'effroi face à ce fait divers illustré que lors de la lecture du roman. Ainsi, le choix de couleurs sombres avec une prédilection pour le noir et blanc agrémenté du rouge du sang rendent compte de la barbarie déployée à l'encontre de la victime. Cette œuvre est d'ailleurs réservée à un public averti tant les scènes de violence sont nombreuses et précisément décrites malgré des planches plus suggestives. La chronologie et la topographie du crime sont retranscrites au fil des chapitres avec un rythme haletant, et la sidération s'empare alors du lecteur au fil des planches pour constater l'impossibilité de faire entendre raison à une foule hystérique. Même au moment du procès rien n'apparaît rationnel, et les bourreaux sont incapables d'expliquer leurs actes alors qu'ils appréciaient celui qu'ils ont tué sans se rendre compte qu'ils le connaissaient.

Cette œuvre est marquante tant par l'horreur du fait divers que par la résonance qu'elle propose face aux phénomènes collectifs qui ponctuent encore notre actualité.

 

Lydie et Nicolas



Nicolas
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 3627

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Le bruit de la machine à ...
Voir la fiche produit
Alicia et le jeu de l'oie
Acheter sur BD Fugue
Otomen tome 18
Acheter sur BD Fugue
contes cruels du Japon
Acheter sur BD Fugue
gioux
espace pub chaillé
Retourner en haut de page