0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Mon homme presque parfait

Mon homme presque parfait

MON HOMME (PRESQUE) PARFAIT

Scénario : Bernard Jeanjean
Dessins : Louis
Couleurs : Véra Daviet
Editions : Grand Angle


 
Chaque couple vit des hauts et des bas. Et lorsque l’homme parfait arrive, le doute s’installe encore plus, surtout si celui-ci est un grand manipulateur. Une belle réussite menée par des auteurs qui jouent à la fois avec leurs personnages mais aussi les lecteurs.
 

  
A la patinoire, tout le monde ne semble pas aussi à l’aise sur des patins que ne l’est Eloïse. Au détour d’un virage, c’est l’accrochage avec Antoine. Une rencontre plutôt musclée qui se termine autour d’un bon café, histoire de briser la glace. Les deux jeunes gens se retrouvent vite à avoir des points communs autour des animaux, de la nourriture, de leur vision de la vie. Eloïse se confie rapidement et intimement à cet homme qui semble la comprendre et qui possède toutes les qualités qu’elle recherche chez un homme. Mais Eloïse est mariée et amoureuse de son homme même si ce dernier a beaucoup changé depuis la mort de son père. Elle ne se sent pas prête à changer de vie et pourtant cet inconnu la fait douter. Et si elle passait à côté de l’homme parfait.
 

 
Crescendo, est le mot qui convient parfaitement à cet album. Avec un découpage intelligemment mené, les auteurs entraînent les lecteurs vers un jeu de rôle psychologique. Ce qui au départ apparaissait comme une simple relation amicale risque de finir en adultère, se transformant au fil des pages en relation machiavélique. Antoine est tout sauf ce qu’il prétend être. Il est en réalité psychiatre et va se servir des confidences d’un de ses patients pour séduire la belle Eloïse.
 
Les auteurs vont ainsi nous dévoiler petit à petit des indices, des éléments pour dénouer l’intrigue et placer le lecteur dans un suspense qui dépend totalement des actions d’Antoine et de la situation de faiblesse de Marc, le mari d’Eloïse.
 

 
Il ne fait aucun doute que le Scénariste Bernard Jeanjean a su exploiter toute l’expérience de son métier de réalisateur pour traiter cette première BD. La mise en place des éléments respecte une certaine ligne cinématographique qui donne beaucoup de crédibilité à cet album.
 
Chacun va donc aisément pouvoir se positionner dans cette histoire à trois et s’interroger sur sa propre vie, ses propres réactions face à une telle situation, sans oublier la puissance de la manipulation de l’être humain sur ses congénères.
 


Un challenge pour Stéphane Louis qui a dû faire face à de longs dialogues entre les personnages souvent situés autour de quelques images, mais son talent artistique a fait la différence, à aucun moment le lecteur ne se sent perdu et le fil du récit n’est bafoué.
 
En résumé, voici un album fort agréable et qui pourrait sans soucis passer le cap d’une adaptation cinématographique.


Eric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 4062

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Illustration Jeu Alkemy
Voir la fiche produit
Topaze Tome 02
Voir la fiche produit
Ex-libris Le Petit Derrière de l'Histoire
Voir la fiche produit
Khaal - chroniques d'un empereur galactique tome 1
Acheter sur BD Fugue
tessa, agent intergalactique tome 2 - les dix dalles du labyrinthe
Acheter sur BD Fugue
Ultime étoile tome 2 - 42 legacy
Acheter sur BD Fugue
Nottingham
Nottingham grella
Retourner en haut de page