0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Mon père, cet enfer

Mon père, cet enfer

Acheter sur BD Fugue
Mon père, cet enfer
 
Scénario et dessin: Travis Dandro
Éditions: Gallimard

 
Durant toute son enfance, Travis va être confronté à un père biologique toxico et violent. Il va pourtant réussir à vivre sa vie d'enfant grâce à sa grand mère, et son imagination. Plus tard, il comprendra ce qu'a vécu son père.
Un récit autobiographique bouleversant.
 

Travis n'a que 6 ans lorsque sa mère estime qu'il est en âge de connaître la vérité. Dave, l'homme avec qui il passe les samedis après-midis n'est autre que son père biologique. Si elle le fait, c'est également dans l'espoir de recoller les morceaux tant son couple actuel bat de l'aile. Pour le gamin, cette annonce fait l'effet d'une mini bombe mais le quotidien routinier reprend vite le dessus. Ce que Travis ignore, c'est que son père est hanté par le même cauchemar depuis des années et que, pour s'en échapper, il continue un traitement malgré l'avis de son médecin. Et quand les cachets ne suffisent plus, Dave passe à quelque chose de plus dur. Sauf qu'un beau jour, alors qu'il se pique dans le garde-manger, Travis débarque et, un peu plus tard, raconte ce qu'il a vu à sa mère. Violente dispute au téléphone puis violence directe à la maison. Tant est si bien que la famille décide de déménager. Pour Dave, c'est une étape de plus dans sa descente aux enfers. Sans se rendre compte qu'il y entraîne son fils...

Le roman autobiographique ne s'est jamais aussi bien porté. Il faut dire que les descendants de Louis-Ferdinand Céline sont toujours plus nombreux à l'instar de Riad Sattouf ou encore de Raphaël Enthoven. C'est d'ailleurs dans cette veine du roman thérapeutique de ce dernier que se place Mon père, cet enfer. Travis Dandro nous raconte son enfance ballotté entre ce père biologique toxico et violent et sa mère totalement dépassée. Surtout, l'artiste américain n'utilise pas son récit pour régler ses comptes, si tant est qu'il le puisse encore. Au contraire, il raconte le plus simplement son histoire. J'aurais même tendance à dire le plus naïvement du monde tant on sent la perception de l'enfant et non celle de l'adulte. Évidemment, il en veut à ce père mais il lui trouve tout de même des excuses. Non, plutôt des explications à son attitude et le lecteur comprend que Dave est également une victime. Néanmoins, c'est bien Travis qui est le héros et on l'observe, avec bienveillance, essayer de vivre tout de même sa vie d'enfant. Cette vie, elle s'articule autour de deux temps:  la première partie avant l'emprisonnement de Dave et la seconde après. La narration est de ce point de vue très claire. D'autant que Travis Dandro manie à la perfection le langage de la BD. Faisant le choix de ne travailler qu'en crayonné, il est contraint à un style extrêmement nerveux, essentiellement fait de hachures. Cela accentue la tension et tranche à merveille avec ce gamin aux grands yeux et aux cheveux en bataille.

Mon père, cet enfer se veut donc un récit autobiographique à la fois dur et poignant autant que rempli d'espoir. Un album remarquable !
 

Cédric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 4501

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Sweet Home dedicace 1 perso
Voir la fiche produit
Tranche-Trognes tome 1 - artisan bourreau
Acheter sur BD Fugue
Stupor mundi
Acheter sur BD Fugue
Dispersés dans Babylone
Acheter sur BD Fugue
annonce boutique
BRAZAO Appréhendez la bande desinnée autrement
Retourner en haut de page