0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Nam-bok

Nam-bok

Scénario : Thierry Martin d'après Jack London
Dessin & Couleur : Thierry Martin
Editions : Futuropolis

 

Loin des tumultes de la modernité, Nam-Bok rejoint sa tribu et se retrouve confronté à la différence et l’indifférence. Une très belle adaptation de Thierry Martin qui nous fait voyager aussi bien que Jack London.
 

Dans le froid du grand nord, une vieille femme nommée Bask-wah-wan guette chaque passage de bidarka. Elle attend avec impatience le retour de son fils Nam-Bok parti chasser le phoque mais qui n’est jamais revenu. Tous pensent que Nam-Bok est mort jusqu’au jour où il réapparait à l’horizon, frais et bien nourri.

Le temps d’une nuit, Nam-Bok va retrouver les coutumes de sa tribu et conter son histoire vécue au-delà des limites qu’aucun d’entre eux n’a jamais dépassé.

Mais son histoire d’autre peuple, parlant une autre langue et utilisant des gigantesques bidarka pouvant lutter contre le vent ou encore des monstres de fers crachant du feu n’est pas faite pour rassurer ses anciens compagnons et le fait passer pour un menteur, une ombre malveillante.

Son peuple n’est visiblement pas prêt à accepter la mise en marche du progrès.

Nam-Bok est une adaptation d’une nouvelle de Jack London issue du récit « Les enfants du froid ». Cette nouvelle est pour le moins intemporelle puisque l’idée est de mettre en confrontation deux civilisations diamétralement opposées.
 


Ici Nam-Bok par un concours de circonstance va se retrouver en plein cœur de la civilisation américaine, et découvrir toute cette modernité. Il va ainsi, même s’il ne connait pas le vocabulaire adéquat, découvrir les goélettes, le chemin de fer, l’argent, les immeubles… Autant de choses totalement inutiles pour le bon fonctionnement de sa communauté et qui paraissent même folles à leurs yeux. Le fossé est donc bien présent et Nam-Bok semble lui être totalement passé de l’autre côté car ce récit montre également la perversité du monde moderne. Nam Bok semble avoir perdu les us et coutume de sa tribu, ayant même du mal à manger et apprécier leurs offrandes qui pour eux représentent l’abondance. Cette scène est le reflet parfait de leurs différences et de l’impact du progrès, l’abondon de sa propre culture.

Thierry Martin de son côté a fait une magnifique adaptation de cette nouvelle, il a su capter l’esprit de Jack London, le récit prend son temps, il semble suspendu, se déroulant naturellement. Graphiquement l’auteur alterne un découpage en 5-6 cases pour les phases du présent et des pleines pages pour la période du périple de Nam Bok. Le tout avec des couleurs qui pourraient être discutables mais bien choisi es pour cette aventure et l’ambiance.
 

Un récit fort agréable à lire et qui amène une réflexion sur ces civilisations d’un autre temps malgré une totalement autonomes mais également sur cette différence de culture entre les peuples.



Eric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 2847

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Dédicace sur un sac de billes ...
Voir la fiche produit
Le suaire T01 dédicacé par Eric ...
Voir la fiche produit
Dédicace sur un sac de billes ...
Voir la fiche produit
Mon père était boxeur
Voir la fiche produit
le serpent d'Hippocrate
Acheter sur BD Fugue
guerres civiles tome 2 - intégrale
Acheter sur BD Fugue
l'idole dans la bombe ; l'intégrale
Acheter sur BD Fugue
louis
esme louis
Retourner en haut de page