0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Sir Nigel Tome 1 Le preu du pont Tilford

Sir Nigel Tome 1 Le preu du pont Tilford

Acheter sur BD Fugue
Sir Nigel
Tome 1 - Le preu du pont de Tilford
 
Scénario : Roger Seiter
D’après l’œuvre du Sir Arthur Conan Doyle
Dessin : Christian Gine
Couleurs : Laurent Quaresma
Éditions : Glénat

 
A la veille de la guerre de 100 ans, le jeune Nigel Loring, descendant bien d’une prestigieuse lignée, est totalement ruiné par l’appétit sans limite de l’abbaye voisine. Seul le roi Edouard III réussit à remettre de l’ordre dans la province et offre au chevalier une aventure à sa hauteur.
Inspiré d’un célèbre texte du non moins célèbre Arthur Conan Doyle, Sir Nigel nous fait vivre une épopée chevaleresque à nulle autre pareille.
 

Nigel Loring est le dernier représentant d'une prestigieuse lignée de chevaliers anglais. Malheureusement, en l’an de grâce 1349, le pouvoir temporel de l'abbaye de Waverley, et surtout les abus de son procureur, ont mis sa famille sur la paille. Fier de ses ancêtres et de leur héritage, le jeune Nigel tient cependant toujours la dragée haute aux moines et cela finit par se retourner contre lui. Il faut l'intervention de Sir Chandos, bras armé du roi Édouard III pour qu'enfin les religieux cessent d'importuner la noble famille. C'est toujours cette même fierté qui empêche le jeune noble d'accepter d'entrée au service de Chandos : il exige de payer lui-même son équipement mais n’a même pas de quoi s’offrir un casque. Ce n’est que devant la demande du roi que Nigel s'incline et accepte de partir avec sa majesté vers Calais, là où les Français semblent avoir des velléités belliqueuses.  Mais encore une fois, l'âme chevaleresque des Loring empêche le jeune homme de partir sans avoir déclaré sa flamme à la belle et timide Mary de Cosford, plongeant ainsi  dans une sombre affaire de mariage truqué et se faisant au passage un ennemi de plus. Seulement, lorsqu'on part pour la guerre de Cent ans, on est plus à ça près.

Il est des personnages qui ont totalement éclipsé leur créateur. Sherlock Holmes en est certainement le meilleur exemple, lui dont Arthur Conan Doyle disait « mariez le, assassinez le, faites en ce que vous voulez ! » tant son héros avait pris l'ascendant sur lui. Il faut dire que si le détective du 221b Baker Street est le personnage le plus connu de Conan Doyle, il est loin d'être le seul. De plus, l'écrivain britannique ne se rêvait qu’en romancier historique. En 1906, il publiait Sir Nigel dont Roger Seiter fait l'adaptation. Il faut dire que la littérature anglaise de la fin du XIXe siècle, le scénariste connaît, lui qui a déjà adapté les nouvelles d'Edgar Allan Poe aux éditions du Long Bec. Le scénariste alsacien réussit à transformer les 27 chapitres d'origine en deux albums tout en restant assez fidèle à l'esprit de départ. Évidemment, certains passages sont devenus ellipses mais l'intrigue tient bon. On se prend de sympathie, surtout en ce moment, pour ce chevalier fier, courageux et loyal mais également fin et subtil, très loin des clichés ; mais totalement ruiné. On s'insurge contre ces tout puissants religieux et leurs privilèges. Qu'on se rassure, le pendant avec notre époque est facile à faire mais n'est absolument pas édicté par le scénariste. L'intrigue, quant à elle, se déroule aussi paisiblement que la campagne anglaise, à peine secouée par quelques rebondissements qui remettent illico le lecteur en selle. Côté dessin, Christian Gine alterne entre un portrait réaliste et caricature. L'avantage est que cela permet une identification rapide des personnages et de leurs défauts. Pour le reste, les décors marquent bien l'austérité du XIVe siècle et seuls quelques vêtements vifs rehaussent la pâleur de l'époque. Mais ne vous méprenez pas, ce parti pris d'Antoine Quaresma est à la fois volontaire et justifié.
 
 Prévu en deux tomes, Sir Nigel constitue une aventure picaresque extrêmement réussie construite à partir d'un grand texte, adaptée de manière judicieuse et mise en image avec beaucoup d'intelligence.  Nul doute que Conan Doyle serait fier de ses descendants !


Cédric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
1
avatar de guida44
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 2847

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Brezza Les sirènes du Gogoswing
Voir la fiche produit
Robur le conquérant
Voir la fiche produit
album Ariane Dabo 2 dédicacé
Voir la fiche produit
Brumes sanglantes
Voir la fiche produit
finkel tome 3 - genos
Acheter sur BD Fugue
zblucops tome 3 - samuraï et fines herbes
Acheter sur BD Fugue
le complot de Ferney-Voltaire
Acheter sur BD Fugue
louis
esme louis
Retourner en haut de page