0

La bande du 9 : La communaut du 9ème art

Bandeau de l'article Ralentir

Ralentir

Scénario : Delphine Le Lay
Dessins et couleurs : Alexis Horellou
Edition : Le Lombard

 
 
Après avoir obtenu une promotion, David rentre chez lui inquiet. Sur la route, il prend en charge une autostoppeuse un peu marginale. Cette rencontre et celles qui vont suivre vont ouvrir les yeux de David. Pour vivre pleinement, ne faut-il pas Ralentir ?

David se voit offrir une promotion. Son employeur, un industriel du recyclage, lui affirme qu’il travaillera dur mais qu’il y arrivera. Même s’il est très fier, David rentre chez lui, à Douarnenez inquiet et sous pression. Pour ne rien arranger, la pluie battante inonde une partie de la Bretagne.  Ne se sentant pas bien, David s’arrête sur le bord de la route quelques minutes. Et, comble du comble, il est contraint  de partager son habitacle avec une auto-stoppeuse  qu’il n’avait pas vue. Charitable, il accepte de faire un bout de route avec Emma. Sur une aire d’autoroute, la jeune femme, un peu marginale, boit directement un Coca et part sans payer puisqu’elle « n’a pas de sous ». Cette péripétie marque une rupture entre les protagonistes dans cet espace confiné qu’est l’intérieur d’une voiture. Quelques kilomètres plus loin, ils sont témoins d’un accident de la route. Choqués, ils décident de s’arrêter dans un hameau, à la vue d’une pancarte « Plus loin, c’est bloqué. Arrêtez vous, venez boire l’apéro ! » Le bourg est habité par une communauté atypique. Les habitants puisent et filtrent l’eau d’un puits, ils produisent leur propre électricité grâce à une éolienne et consomme les légumes qu’ils cultivent eux même. Ils privilégient les contacts humains même s’ils ne vivent  pas en marge du monde : ils ont le téléphone et internet. Au fil de la soirée, Emma va s’épanouir  dans cet environnement. Quand à David, il va finir par s’interroger sur sa vie, tant privée que professionnelle et peut être se demander s’il ne devrait pas Ralentir.
 
Ralentir. Se poser. Prendre son temps afin de s’épanouir. Le thème a le vent en poupe après les publications de Le jour où le bus est parti sans elle de Beka et Marko (Bamboo) ou La France sur le pouce d’Olivier Courtois (Dargaud). Il faut dire que dans notre société ultra connectée où l’adage « je pense donc je suis » a été remplacé par « je tweet donc je suis » et où règne la tyrannie du Like, prendre du temps pour soi, pour sa famille et pour les autres est presque devenu extraordinaire.

Partant de ce constat, Alexis Horellou et Delphine Le Lay, deux spécialistes des récits de société (Plogoff et 100 maisons, la cite des abeilles), nous propose un récit où deux univers vont entrer en collision. A la façon d’un Ken Loach, le récit se déroule paisiblement et le message se diffuse graduellement. Évidement, tout le monde ne pourra, ni ne souhaitera vivre en totale autonomie. Non, l’objectif de cet album est plutôt de faire réfléchir à nos priorités.
Coté dessin, le style risque de ne plaire à tout le monde. En effet, l’idée est de suggérer les choses au lieu de les montrer. C’est, à certains moments, assez déstabilisant mais on finit par s’y faire. Mis à part ce petit défaut, le trait est fluide, dynamique et les personnages très rapidement identifiables.

Au final, Ralentir permet de faire une pause, au moins le temps de la lecture.  Mais, plus encore, c’est un album bien construit, agréable à lire et qui fait réfléchir. Par les temps qui courent, c’est un joli tour de force.


Cédric
Chroniqueur
La Bande Du 9


J'aime
0
Partager cet article

A propos de l'annonceur

Nom d'utilisateur : LABANDEDU9

Nombre d'article(s) publié(s) : 2539

Visiter le kiosque de LABANDEDU9

Vous aimerez aussi

Sigurd et Vigdis T02
Voir la fiche produit
Dédicace Drones par Louis
Voir la fiche produit
Sigurd et Vigdis T02
Voir la fiche produit
100 maisons - La Cité des abeilles
Acheter sur BD Fugue
le souffle court
Acheter sur BD Fugue
MAFFRE
chabane regnauld
Retourner en haut de page